Madagascar: Conjoncture politique - Vers un mois de décembre sous tension

L'on entame le premier jour du mois de décembre. Un mois traditionnellement connu comme le mois des cadeaux pour les enfants, celui des fêtes de fin d'année, mais aussi et surtout un mois censé être, conventionnellement celui de la trêve politique.

Vu la conjoncture politique du moment, le risque d'un mois de décembre sous tension n'est pas à écarter. L'évènement qui s'est produit à Soavinandriana Itasy, dimanche dernier, risquerait de déclencher les hostilités. Pour rappel : l'ancien président Marc Ravalomanana a été interpellé par les Forces de l'ordre alors qu'il venait d'assister à un culte religieux à l'Eglise FJKM Soavinandriana. Une interpellation que le numéro Un de l'empire Tiko n'entend pas laisser passer sous silence. En effet, face à l'échec ou au manque de résultat palpable (c'est selon) de ses lieutenants, en l'occurrence les députés Fidèle Pierre Razara et Hanitra Razafimanantsoa qui n'ont pas réussi à percer lors de leurs tournées régionales, « Dada » décide de prendre les choses en main en multipliant les descentes sur terrain.

Depuis vendredi, il était en tournée dans l'Itasy et Bongolava et a improvisé des réunions politiques, notamment à Tsiroanomandidy, Ankadinondry Sakay et Soavinandriana. La nouvelle stratégie adoptée par l'ancien président est d'effectuer une descente le jour du marché dans les communes et districts pour faire passer un message politique. Mais à l'instar de ce qui s'est passé à Soavinandriana, les chefs district et les autorités locales ont vite découvert la machination. Désormais, organiser une descente sur terrain risquerait d'être une mission impossible pour le clan Ravalomanana.

Magro Behoririka. Nul n'ignore d'ailleurs qu'en cette période où le processus électoral est déjà enclenché avec les sénatoriales qui auront lieu dans 10 jours, les réunions politiques sont formellement interdites sur toute l'étendue du territoire. Une disposition que les partisans du Tiako i Madagasikara et les leaders du Rodoben'ny Mpanohitra hoan'ny Demokrasia eto Madagasikara (RMDM) prévoient d'ignorer. En effet, d'après les informations, ces derniers ont multiplié les réunions de préparation ces derniers temps.

A l'exemple de la rencontre qui s'est tenue dans le Fokontany d'Amborogony, à Toliara, dans la capitale de la Région Atsimo-Andrefana samedi dernier, où l'on a vu la présence d'un ancien ministre et des représentants du parti HVM.

En effet, en ce mois de décembre, l'opposition est en train de préparer des manifestations au niveau de plusieurs grandes villes. Une source proche du Tiako i Madagasikara a même laissé entendre que l'organisation d'une grande manifestation au Magro Behoririka est envisagée dans les jours qui viennent. Pendant la période de Transition de 2009 à 2013, ce site a été le lieu sacré des revendications des « Zanak'i Dada ».

Enquête parlementaire. Pour leur part, Rivo Rakotovao et le « Hery Vaovao hoan'i Madagasikara » favorisent une opposition institutionnelle. Pas plus tard qu'hier, le Sénat a adopté une proposition de résolution prévoyant la création d'une commission d'enquête parlementaire qui travaillera sur quatre dossiers brûlants. En l'occurrence l'affaire des doublons de cartes d'identité nationale lors de la dernière élection présidentielle, l'affaire de l'évasion qui s'est produite à Farafangana, la gestion des fonds COVID, ainsi qu'une autre affaire relative à l'importation d'armes à feux.

Bon nombre d'observateurs estiment toutefois qu'ouvrir une enquête parlementaire sur l'existence d'éventuels doublons de CIN, deux ans après la prise de fonction du président élu pourrait être considéré comme irrationnel. D'autant plus que la Chambre haute envisage aussi d'adopter une proposition de loi contre l'ordonnance présidentielle portant sur l'organisation, le fonctionnement et les modalités de nomination des sénateurs. La semaine dernière, en marge des Journées des régions, le Premier ministre, Ntsay Christian a lancé un appel au calme afin d'éviter les tensions politiques en cette période de campagne électorale. Reste à savoir si la trêve politique sera respectée pendant la période de fin d'année.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.