Congo-Kinshasa: Beni - La société civile souhaite la création d'un cadre d'échanges entre civils et militaires à Bashu

1 Décembre 2020

La création d'un cadre d'échanges peut palier le problème de recueil des alertes sécuritaires auprès de la population à temps utile dans la chefferie de Bashu, a estimé lundi 3o novembre le président de la société civile de cette chefferie du territoire de Beni (Nord-Kivu), Moïse Kiputulu. Selon lui, cette manière de faire permettra à la population de s'exprimer facilement, plutôt que d'approcher des militaires.

« Nous appelons ces militaires de voir comment créer un cadre d'échanges avec la communauté afin de recueillir les informations de la communauté à temps utile sur l'ennemi. Car nous avons déjà constaté que les militaires et d'autres services qui sont installés s'illustrent à tracasser (la population), ce qui ne permet pas à la communauté de bien dénoncer les situations. C'est pourquoi nous appelons ceux-ci à créer un cadre d'échanges, constituer des civils et d'autres acteurs de sécurité, afin de bien comprendre les doléances de la population », a déclarée Moïse Kiputulu.

Il a par ailleurs invité la population locale à continuer à alerter les forces de sécurité sur tout mouvement suspect, « en leur fournissant les informations sur l'ennemi, afin d'endiguer la situation sécuritaire qui gangrène en territoire de Beni. »

Plus de: Radio Okapi

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.