Madagascar: Politique agricole régionale - Madagascar intègre le système AIMS

La Grande île va améliorer la gestion de son système d'informations agricoles. Un atelier régional s'est tenu dans ce sens à Mahajanga.

Mettre en œuvre la politique agricole régionale (PAR) de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC). C'est dans cette optique qu'a été organisé, du 23 au 27 novembre, l'atelier de formation sur l'ensemble des instruments de collecte, de normalisation et de diffusion des données sur l'agriculture dans la salle de réunion du restaurant les Roches rouges à Mahajanga. L'insécurité alimentaire, la vulnérabilité et la préparation face aux catastrophes reposent en grande partie sur l'échange de données entre les États membres et le Secrétariat.

La SADC a lancé des initiatives visant à améliorer les échanges de données, la circulation de l'information et le partage des connaissances. Ce partage porte notamment sur le système de gestion des informations sur le bétail, le système régional d'alerte rapide pour la sécurité alimentaire et les comités régionaux d'évaluation de vulnérabilité. Car la faiblesse de ces échanges réduit la capacité de la SADC à fournir à temps des données fiables.

« L'intégration dans ce système d'information régionale commence par cet atelier de formation des représentants de différents secteurs liés à l'agriculture, qui inclut l'élevage, la pêche et l'aquaculture ainsi que les forêts », déclare le responsable.

L'Agricultural Information Management Systems (AIMS) permettra d'améliorer l'accès aux informations sur la production agricole, la productivité, la durabilité ainsi que la compétitivité pour la prise de décision factuelle. Les données concernant la production agricole dans les États membres de la SADC sont diffusées de manière standardisée et durable.

En février et mars, des ateliers de formation s'étaient tenus à Johannesburg. Les capacités de la région en matière de collecte, d'analyse et de diffusion de données utilisant le système AIMS seront renforcées. Les représentants des secteurs impliqués dans l'agriculture, l'élevage la pêche, les statistiques, les comptabilités nationales, les commerces, les douanes, l'eau, l'environnement, les forêts, l'énergie, l'économie, les finances et la Banque centrale ont participé à la formation.

Le gouvernement entend prioriser la modernisation des services de l'agroindustrie et de la souveraineté (PSEP, IEM) au niveau du secteur de l'agriculture. Le ministère de tutelle soutient la productivité agricole à travers l'aménagement de terres cultivables qui devront atteindre 100 000 ha sur cinq ans.

La PAR de la SADC a été approuvée en juin 2013 par le Conseil des ministres de la Communauté. Son plan d'investissement pour 2017- 2022, a été agréé en juillet 2016 pour la mise en œuvre. Les Secrétariats de l'Union Européenne et de la SADC ont désigné la FAO comme agence d'exécution principale de trois composantes d'appui à la mise en œuvre de la politique agricole régionale.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.