Sénégal: Manquements dans la mise en service, cherte des factures, coupures injustifiees - Des députés font le procès de la Sen'Eau

1 Décembre 2020

La Sen'Eau qui soutient avoir comme ambition de «garantir à tous, un accès à l'eau en qualité et en quantité suffisante, n'est que pure fiction». Les députés sont outrés par le manque d'eau noté dans le pays et principalement dans la capitale. Marieme Soda Ndiaye a dit tout son amertume contre la filiale française qui dit-elle, malgré les importants efforts qui ont été consentis n'est pas capable d'assurer l'approvisionnement correct en eau des villes. Elle demande en conséquence l'audit de la gestion de la Sen'Eau.

L'argument sur les fuites et autres pour justifier les difficultés rencontrées dans la fourniture d'eau ne tiennent pas selon elle. Elle demande aussi que la communication sur les tranches soient faites afin que les consommateurs sachent à quoi s'en tenir. Le député Mamadou Diaw après avoir déploré des «factures chères et injustifiées», se désole aussi des «coupures notées dans des lieux tels que les écoles maternelles et les mosquées».

Le député Madické Diaw a aussi estimé que la cherté des factures ne se justifie pas. Pis, le remplacement de la Sde par Sen'Eau ne se justifie pas, non plus. Le député Mamadou Moustapha Guirassy, lui, décèle une nébuleuse dans la collaboration entre Sen'Eau et la Sones et demande au gouvernement de trouver les «vérités cachées». Le député Abdou Aziz Diop, révèle que 2550 F CFA sont ajoutés sur la facture, une somme qui n'apparait pas sur la comptabilité de la Sen'Eau, estime-t-il. Pour rappel, le Sen'Eau a bénéficié du contrat d'affermage de l'eau au Sénégal pour la distribution de l'eau potable en zones urbaines et péri-urbaines. Le contrat est entré en vigueur le 1er janvier 2020 pour une durée de 15 ans.

HAUSSE DE LA FACTURE D'EAU : Serigne Mbaye Thiam dément et annonce un audit

«Pour qu'il ait une hausse sur la facture, Il faut un arrêté consigné par le ministre de l'eau et de l'assainissement et celui du budget. Il n'y pas d'augmentation. Celui qui a senti une augmentation doit se rapprocher de la Sen'Eau et faire l'inspection en compagnie d'un plombier pour voir s'il n'y pas de fuite. Je n'exclus pas des erreurs. En cas de saisine sans suite de la Sen'Eau, il faut envoyer une lettre au ministère à partir de ce moment, nous ferons le nécessaire», a soutenu le ministre avant d'ajouter « j'ai instruit le directeur de la Sones pour effectuer un audit technique et commercial de la facturation. Nous allons voir de que s'agit-il. En tout cas, la facturation par m3 n'a pas connu de hausse en 2020 avec l'arrivée de la Sen'Eau».

Par ailleurs, Serigne Mbaye Thiam a dit qu'il aura une autre évaluation qui sera une concentrée sur la qualité de l'eau. «Nous sommes en train de faire une étude sur la sécurité de l'eau notamment sur le triangle Dakar-Thiès-Mbour parce que triangle concentre 80% de la demande en eau actuellement. Notamment 70% pour Dakar si on y ajoute Mbour et Thiès, c'est près de 80%. Cette étude c'est de voir comment sécuriser l'alimentation en eau, non pas dans un horizon de 10 ans, mais jusqu'en 2050». D'importants investissements ont été faits dans le domaine de l'hydraulique urbain. «Entre 2012 et 2020, c'est plus de 500 milliards de FCFA qui ont été investis dans le secteur, plus de 12 fois le volume qui a été investi dans l'hydraulique urbaine entre 2005 et 2011», a dit le ministre.

HYDRAULIQUE RURALE : La poursuite de la réforme suspendue à une évaluation

En expliquant l'origine de la réforme initiée dans le secteur de l'hydraulique rurale, le ministre de l'eau et de l'assainissement, Serigne Mbaye Thiam a soutenu que la gestion des forages en milieu rural, nécessitait une professionnalisation. Le réseau n'était pas aux normes et il y'avait un problème de transparence dans la gestion en plus des difficultés de rentabilité. Il y'avait certes une réticence, mais la nécessité est démontrée car dit-il, seuls 30% à 50% des branchements arrivaient au niveau des domiciles. Les réticences qu'ily'a eu dans certaines zones ont poussé le président de la République Macky Sall à demander une évaluation de la réforme. Serigne Mbaye Thiam signale que le bureau d'études a été sélectionné et ce n'est qu'à la fin qu'une décision sera prise. «Nous allons conduire cette évaluation et en tirerons les conclusions pour voir si nous devons poursuivre et sur quelle forme». L'instauration de la réforme a été inclusive ajoute-t-il, «je dois indiquer qu'à même, il y'a des concertations qui se font au niveau des sous-préfets, des préfets, des gouverneurs, les agents de l'OFOR (Office des forages ruraux) eux-mêmes se déplacent dans les localités pour avoir un dialogue avec les ASUFOR (Associations des Usagers de Forages) et les populations.

Selon Serigne Mbaye Thiam, le taux d'accès à l'hydraulique rural de l'eau potable en milieu rural est passé de 81% en 2011 à prés de 95% en 2020. Le Sénégal fait partie des rares pays qui, avant terme, avait atteint les objectifs du millénaire pour le développement (Odd). Dans la période 2012- 2020, 1070 forages profonds ont été enregistrés en plus d'autres infrastructures. Ainsi dit-il, ce sont ces investissements qui ont permis de faire passer le taux d'accès de 81% à près de 95%. Au chapitre de la distribution en milieu rural, c'est 11.000 km de canalisation qui ont été posés, 8935 bornes fontaines, 17530 branchements domiciliaires sans compter 800 abreuvoirs pour l'alimentation en eau du bétail. En 2020, 41 forages dont 38 nouveaux ont été réalisés, 3 renouvellements, 21 forages solaires en plus d'autres ouvrages.

PROGRAMMEDE MODERNISATIONDES 10 VILLES : L'Etat à la recherche de 16 milliards

Le programme de modernisation des 10 villes exécutés par l'Office national de l'assainissement du Sénégal (Onas), a besoin de 16 milliards. C'est ce qui est ressorti du vote de budget du ministre de l'eau et de l'assainissement Serigne Mbaye Thiam. Le montant global du projet est de 70 milliards. Il est ressorti aussi du face à face avec les députés, que 320 milliards ont été investis entre 2012 et 2020 dans l'assainissement urbain soit un taux d'accès de prés de 75% contre 62, 4% en 2012. 3 millions de personnes supplémentaires touchés a dit Serigne Mbaye Thiam qui ajoute que près 45 milliards pour l'assainissement rural depuis 2012.

BUDGETMINISTERE DEL'EAU ET DEL'ASSAINISSEMENT : Serigne Mbaye Thiam pèse environ 700 milliards

Les députés ont voté le budget du ministère de l'Eau et de l'Assainissement. Il est estimé à 124.630.679.731 en crédits de paiement et à 545. 248.721.422 F CFA en autorisation d'engagements. Soit environ 700 milliards F CFA alloués au département en charge de l'Eau et de l'Assainissement.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.