Swaziland: Comment le pays ayant la plus forte prévalence du VIH au monde est parvenu à se redresser, en un temps record

Mbabane — Parce que son gouvernement a résolument mis en place un traitement préventif pour les personnes vivant avec le VIH, Thembi Dlamini et plusieurs femmes de son groupe de soutien ont pu se conseiller mutuellement, prodiguer des conseils familiaux et gérer une entreprise artisanale. En d'autres termes, leur gouvernement leur a donné une vie ensemble.

Sans la disponibilité des médicaments gratuits, « nous serions mortes », dit-elle.

C'est cette décision cruciale et plusieurs autres mesures de soutien essentielles qui ont permis à Eswatini de devenir le premier pays d'Afrique à atteindre l'objectif des Nations unies en matière de VIH : 95 % des personnes vivant avec le VIH connaissent leur statut, 95 % d'entre elles reçoivent un traitement antirétroviral vital et 95 % des personnes sous traitement ont une charge virale supprimée. Le pays qui avait autrefois le taux de prévalence du VIH le plus élevé au monde y est parvenu dix ans avant l'objectif fixé pour 2030.

Après avoir détecté le premier cas de VIH en 1986, le pays a connu une explosion de cas de VIH. Après plusieurs vagues de nouvelles infections et de décès, le gouvernement a déclaré le VIH comme une urgence nationale en 1997 et s'est engagé à ce que, d'ici 2022, il ne soit plus une menace pour la santé publique.

Propulser une action concertée

La décision du gouvernement a stimulé une réponse multisectorielle, considérée comme le facteur de succès fondamental. Le Conseil national d'intervention d'urgence sur le VIH/sida (NERCHA) a été créé en 2001 pour coordonner les activités du gouvernement jusqu'aux communautés, notamment la formation des chefs traditionnels. Installé au sein de la Primature et financé par le gouvernement, le NERCHA a conduit l'agenda et les programmes vers cet objectif.

L'engagement du gouvernement se traduisait par la fourniture gratuite de médicaments antirétroviraux (ART) aux patients atteints du VIH. « Nous avons été le premier pays à dire que nous devons sérieusement considérer le traitement », déclare le directeur de NERCHA, Khanya Mabuza. En 2016, cet engagement s'est étendu à la fourniture de médicaments dès qu'une personne est testée positive.

Pour assurer la continuité des programmes de traitement, le gouvernement a fourni 80 % des médicaments antirétroviraux, et les partenaires internationaux ont comblé le manque, explique le Dr Vusi Magagula, directeur des services de santé.

Le gouvernement a également fourni des technologies de laboratoire pour le contrôle des CD4 et de la charge virale. Un autre volet essentiel de la stratégie a consisté à améliorer l'accès des patients à ces services de surveillance et de traitement. L'accès des clients séropositifs a été amélioré grâce à la mise en œuvre d'une politique ART révolutionnaire menée par le personnel infirmier, où ce dernier a été formé pour entamer le traitement sous le mentorat de médecins des hôpitaux voisins, avec une surveillance régulière assurée par les partenaires du PEPFAR.

Les services VIH des cliniques de soins de santé primaires communautaires ont été associés aux activités de prévention du VIH ainsi qu'aux services de prévention de la transmission du VIH de la mère à l'enfant, de la tuberculose et des maladies non transmissibles. Des services de dépistage du VIH sont régulièrement assurés dans toutes les structures de santé, et l'âge du consentement pour le dépistage du VIH a été ramené à 12 ans.

Très tôt, en 2009, le gouvernement a décidé de donner aux patients ayant un taux stable et élevé de suivi de leur traitement trois mois de renouvellement de leurs médicaments. Récemment, en raison de la pandémie de COVID-19, le gouvernement a accéléré le plan pour distribuer un stock suffisant pour six mois.

Face à l'effet de la pandémie de COVID-19 sur la continuité des services, le gouvernement a élargi ses services aux communautés pour offrir à la population des services de dépistage, de prévention et de traitement du VIH (y compris la distribution de médicaments antirétroviraux) à travers des programmes de proximité qui s'appuient sur des agents motivants en matière de santé en milieu rural et sur des initiatives de soutien à l'observance du traitement du VIH. L'effet de toutes ces initiatives a permis de maintenir des régimes ininterrompus et d'établir des liens avec les populations clés et vulnérables.

D'autres approches communautaires originales courantes à Eswatini sont le soutien entre pairs pour les personnes vivant avec le VIH, les mères-mentors et les supporters communautaires pour l'adhésion au traitement pour les adolescents et les jeunes.

Thembi Dlamini a participé à la création d'un des groupes de soutien par les pairs dans sa communauté Mayiwane dans la région nord de Hhohho, qui, explique-t-elle, comprend des membres séronégatifs. « Nous faisons cela pour que ceux qui n'ont pas encore fait le test puissent voir que nous vivons tous une vie normale. Pas besoin de discrimination », explique-t-elle, après avoir décrit comment elle a été rejetée lorsqu'elle a commencé à vivre avec le VIH. « Beaucoup de gens pensaient que j'avais été ensorcelée. »

« Les programmes de mobilisation communautaire et de communication sur le VIH ont influencé le changement de comportement en matière de stigmatisation et de discrimination et ont renforcé l'utilisation des services de lutte contre le VIH dans les communautés », déclare le Dr Nomthandazo Lukhele, chargé de la lutte contre le VIH et la tuberculose à l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) à Eswatini.

Préserver les succès face à la pandémie

Une partie essentielle de la surveillance de l'observance des médicaments a consisté à surveiller de près la résistance aux médicaments. En 2016, le ministère de la Santé et le PEPFAR ont mené deux enquêtes sur la résistance aux médicaments du VIH, qui ont conduit à l'introduction d'un nouveau médicament dans le régime de traitement antirétroviral, conformément aux directives de l'OMS.

La combinaison de toutes ces interventions a permis de réduire de 66 % les nouvelles infections par le VIH entre 2010 et 2019, et de diminuer de 49 % les décès liés au sida.

« Eswatini est un petit pays avec une population d'un peu plus d'un million d'habitants. Par conséquent, sa réalisation des objectifs de 95-95-95 devrait inspirer de nombreux autres pays, car nous avons montré que cela peut être fait », déclare la ministre de la Santé, Lizzie Nkosi dans un entretien.

Le pays montre également comment surmonter la menace que la pandémie de COVID-19 fait peser sur les acquis. Lorsque le confinement a entraîné une baisse des services de vaccination, de lutte contre le VIH et la tuberculose, le gouvernement est passé à la phase de mise à niveau et continue d'investir dans la capacité, la mise à disposition et le bien-être du personnel de santé à tous les niveaux du système sanitaire.

A La Une: Organisations Internationales et l'Afrique

Plus de: WHO

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.