Sénégal: Attrait au conseil de discipline... de la magistrature - Le juge Téliko écope d'un blâme

1 Décembre 2020

Le président de l'Union des magistrats du Sénégal (Ums), attrait devant le Conseil de discipline du Conseil supérieur de la magistrature écope d'un blâme pour ses propos tenus sur le procès Khalifa Sall. Douze avocats commis d'office et douze magistrats ont plaidé pour le juge Téliko. Son audition a duré 12 tours d'horloge.

Selon Me Ciré Clédor Ly, avocat du juge Téliko, le blâme est la sanction la plus légère et c'est une sanction de principe. L'avocat a relevé en effet que le Conseil de discipline ne pouvait obtenir une sanction pus sévère. « Nous avons la conviction que l'autorité judiciaire a manqué le rendez-vous d'affirmer son indépendance, d'affirmer aussi l'autorité de la justice », s'est indigné toutefois Me Ciré Clédor Ly hier, lundi 30 novembre 2020, à la sortie de l'audience du président Téliko au Conseil de discipline de la magistrature.

Quoique le conseil ait retenu le blâme sur l'échelle des sanctions, lequel constitue la sanction la plus légère de premier degré, Me Ly s'est dit d'avis que c'est le principe même de la sanction qu'il ne fallait pas retenir. «Nous sommes déçus parce nous croyons en la justice, à l'autorité judiciaire, nous croyons à l'indépendance de la justice et la justice avait aujourd'hui la chance d'affirmer son indépendance et son autorité par rapport au pouvoir exécutif».

A son avis, l'autorité des poursuites qui est le ministère de la Justice ne s'attendait qu'à une sanction de principe. « Parce qu'elle savait qu'elle ne pouvait pas obtenir une sanction plus sévère », ajoutera l'avocat.

Se voulant plus mordant, il fulminera : «on est parti sur un propos insignifiant pour mettre le président Téliko sur un trapèze et de ce trapèze, on a cousu de fil blanc les manquements aux devoirs de l'Etat. Et tout le monde a pu suivre que l'autorité cherche à intimider l'ensemble des magistrats, donc ce blâme est significatif... ».

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.