Cameroun: Chapeau bas, Madame

Elle n'aura pas démérité, notre Djaïli Amadou Amal. Elle, si prolifique, avec quatre romans de haute facture parus entre 2010 et 2020, aura su nous tenir en haleine tout au long de ces dernières semaines, en tant que finaliste du Goncourt 2020.

De par sa renommée, l'écrivaine camerounaise a charrié les espoirs de toute une nation, voire de l'ensemble du continent. Et même si au bout des courses, elle ne l'a pas emporté, Djaïli Amadou Amal n'a pas fait piètre figure. La preuve, tout le grand bien qu'en disent les médias occidentaux qui se l'arrachent : interviews, séances photos. Le Monde, Le Figaro, Ouest France, Nouvel Obs, RFI, France 24... Les rédactions veulent tout savoir de cette jeune femme peule, musulmane et féministe qui mène de front la bataille contre les comportements rétrogrades de la société dont elle est issue : misogynie, mariages précoces, viols conjugaux, illettrisme des filles, etc.

Djaïli Amadou Amal n'a donc pas démérité. D'ailleurs, elle est toujours en lice pour le Goncourt des lycéens. Et si d'aventure elle n'obtenait pas cette récompense-là non plus, l'histoire retiendrait que l'écrivaine de 45 ans est la première romancière subsaharienne à avoir joué dans la cour du plus ancien, mais aussi du plus prestigieux prix littéraire français. Rien, au regard de son histoire, ne l'y destinait cependant. D'aucuns diraient qu'elle était mal partie dans la vie.

Mariée de force à dix-sept ans, elle a vécu toutes les difficultés que connaissent les femmes issues des sociétés conservatrices et traditionnalistes du Nord Cameroun. En 1998, Djaïli Amadou Amal parvient à quitter son mari après cinq ans de vie commune. Elle n'a pas plus de chance avec son second époux, violent, qu'elle quitte aussi. Au moment de la rupture, cet époux délaissé kidnappe ses deux filles pour se venger. Une autre femme peule se serait découragée face à autant d'adversité : pas Djaïli Amal. La situation pousse plutôt la jeune femme à se mettre à l'écriture, pour dénoncer les travers de son monde. Le résultat est tout simplement époustouflant : une femme forte.

Du genre dont rêvent toutes les sociétés tournées vers la modernité et éprises du meilleur pour la gent féminine. Une fille forte aussi. De celle que toute mère africaine aimerait avoir porté en son sein pour en faire don aux nations. De plus, un exemple pour les jeunes filles d'aujourd'hui qui pour la plupart se morfondent dans leur sort, se laissent enfermer dans des carcans taillés sur mesure par la société, attendant le secours d'ailleurs. Djaïli Amadou Amal a très tôt compris qu'elle devait prendre son destin en main et l'a fait avec courage, détermination. Elle a compris qu'elle pouvait se servir des pierres qui lui étaient jetées pour élever la meilleure des bâtisses : celle de la liberté. Pour cela, elle mérite d'être célébrée.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.