Soudan: Le Ministère de Santé annonce la continuation des mesures de confronter le coronavirus

Khartoum — La Directrice de l'Administration Générale des Urgences Sanitaires et du contrôle des épidémies au Ministère Fédéral de la Santé, Dr Tahani Amin, a annoncé le nombre de cas suspects de coronavirus depuis le début de la pandémie en mars dernier s'élevait à 33, 318, dont 16,834 cas positifs, et que le total des décès s'élevait à 1252 décès jusqu'au dimanche 29 novembre.

En fait, les chiffres semblent beaucoup plus grand que ce qui a été surveillé et annoncé par les autorités compétentes, et l'anxiété est devenue croissante après la propagation du virus parmi les différents groupes de la société soudanaise (41% chez les jeunes de 20 à 40 ans), contrairement à ce que les peuples ont entendu dans les nouvelles alors que l'hiver continue d'être la saison grippale connue.

Les taux d'infection du virus indiquent que l'épidémie à cette étape est devenue plus meurtrière et s'est transformée en accidents quotidiens qui sont vus par des personnes après que le virus a coûté la vie à 1,252 personnes innocentes, en tant que le directrice de l'administration générale des urgences sanitaires et du contrôle des épidémies a déclaré dans son discours au Forum de la SUNA lundi soir.

Dr Tahani n'a pas oublié de pleurer ceux qui sont décédés à cause du COVID-19; à la tête desquels se trouvaient le chef du parti national Umma et imam d'Ansar, Saddiq Al-Mahdi, et un certain nombre de personnes, y compris des cadres et des compétences médicales.

Après l'annonce de ces chiffres, la population soudanaise a été assurée que le coronavirus n'avait pas disparu, et que le gouvernement de la période de transition agit toujours avec la grande propagation de la pandémie.

Dans son allocution au Forum de la SUNA, Dr Tahani a déclaré que le Soudan a été affecté par les répercussions de la deuxième vague depuis la fin du mois d'octobre dernier, alors que le pays a commencé à enregistrer des cas quotidiens à un taux croissant, où les cas enregistrés s'élevaient à 14, 461 , dont 2,925 cas de guérison et 145 cas de décès en novembre courant, Soulignant que ces chiffres ne sont suivis que par la déclaration des établissements de santé.

La directrice de l'administration générale des urgences sanitaires et du contrôle des épidémies au ministère fédéral de la Santé a dit que les États les plus affectées sont Khartoum (78%), Gezira (14%), puis viennent les États de Sennar, Nahral-Neil, la Mer Rouge, le Nil Blanc, Gedarif, Kassala et Nord Kordofan.

Pour faire face aux répercussions de la propagation du virus dans la deuxième vague, Dr Tahani a assuré la mise en œuvre du plan de réponse pour la deuxième vague, où 51 centres de traitement ont été ouverts dans 18 États, y compris des centres primaires et secondaires selon la situation épidémiologique , dont 7 centres de traitement primaire dans les hôpitaux publics de Khartoum (Khartoum, Khartoum Nord, Omdurman, Ibrahim Malik, Al-Shaab, Al-Naw, Al-Tamayoz, Haj Al-Safi), ajoutant que les centres de traitement secondaire se trouvent dans chacun des ( Jabra, Khartoum et Universal), et comme pour les centres de l'Etat de Gezira, il y a deux centres primaires et deux centres secondaires.

Elle a déclaré que certains centres de traitement travaillent à leur capacité maximale et que les efforts se poursuivent du ministère fédéral de la Santé, des États et des partenaires.

Au niveau des contrôles et des mesures prises par les autorités pour faire face à la pandémie, sur la base de la situation épidémiologique et des affrontements du Comité d'urgence sanitaire, Dr Tahani a souligné la nécessité pour tous les secteurs de l'Etat et les populations dans la société pour assumer leurs responsabilités face à la pandémie, appliquer les contrôles et les exigences sanitaires et suivre leur mise en œuvre à tous les niveaux, tout en continuant à suspendre les études dans les universités et les écoles et à assurer la continuité du travail dans les installations stratégiques de l'État.

Plus de: SNA

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.