Togo: La détention prolongée de leaders politiques au Togo inquiète et énerve

Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson est toujours en garde à vue au service central des renseignements et d'investigations criminelles où elle continue de répondre aux questions des gendarmes. Plus de quarante-huit heures après son interpellation et après plusieurs heures d'interrogatoire, on vient seulement de lui notifier ce qu'on lui reproche. Mais pour Maitre Darius Atsoo, son avocat, c'est un scénario injustifié et infondé en droit subtilement déguisé en poursuite pénale.

La garde à vue de Brigittte Kafui Adjamagbo-Johnson est prorogée, les enquêteurs lui ont notifié les chefs d'accusation : groupement de malfaiteurs et atteinte à la sécurité intérieure de l'État.

Cette arrestation des deux opposants semble, selon Amnesty international, être strictement liée l'appel à manifestation et apparaît comme une nouvelle illustration des autorités de vouloir réduire au silence l'opposition et les voix dissidentes. « Ces perquisitions et ces gardes à vue, renouvelées d'ailleurs, ont suivi l'appel lancé par DMK [pour Dynamique Monseigneur Kpodzro, NDLR] à une grande manifestation qui était prévue le week-end dernier pour protester contre les résultats de l'élection présidentielle de février dernier qui a vu le président Faure Gnassingbé renouvelé dans ses fonctions pour un quatrième mandat mais aussi pour protester contre le harcèlement judiciaire à l'encontre de certains membres de l'opposition », remarque Marceau Sivieude, directeur régional adjoint de l'ONG pour l'Afrique de l'Ouest et l'Afrique centrale.

«Libertés fondamentales en danger»

« Donc nous considérons que ces perquisitions et ces gardes à vue sont strictement liées à cet appel et qu'elles s'inscrivent dans un contexte plus large qui voient les autorités togolaises tenter de réduire au silence les voix dissidentes et critiques », poursuit le responsable. L'ONG de réclamer « la libération de ces personnes » et de demander « aux autorités de respecter leurs obligations au regard de la liberté d'expression et de réunion ».

Une situation grave qui inquiète David Dosseh, porte-parole du Front citoyen Togo-Debout : « Cela met en péril l'État de droit, cela met en péril la démocratie, et augure des lendemains très difficiles pour mon pays. Aujourd'hui au Togo, les libertés fondamentales sont en danger, la liberté de manifester n'existe plus. »

Patrick Lawson, vice-président de l'Alliance nationale pour le changement, est outré et révolté : « Quelque chose doit changer dans ce pays, ils ne peuvent pas continuer de nous gouverner ainsi, à nous maltraiter comme cela se passe aujourd'hui. C'est pour cela que nous voudrions, qu'ensemble dans ce pays, on puisse réfléchir à comment l'avenir du pays doit s'organiser. »

Toute l'opposition dans sa diversité condamne unanimement ces interpellations. Gilchrist Olympio, le chef de file de l'opposition, demande la libération des deux membres de la Dynamique Kpodzro et un dénouement politique de ce différent né de la dernière élection présidentielle.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.