Sénégal: Secteur touristique - Les députés plaident pour la promotion du tourisme religieux

2 Décembre 2020

Le ministre du Tourisme et des transports aériens Alioune Sarr a défendu son projet de budget 2021 face aux parlementaires hier, mardi 1er décembre. Lors des débats, les députés ont beaucoup plaidé pour la promotion du tourisme local.

La parlementaire Awa Gueye, lors de sa prise de parole a invité le ministre du Tourisme et des transports aériens Alioune Sarr à se pencher sur la promotion du tourisme religieux. « Monsieur le ministre, je voudrais vous inviter à mettre un accent particulier sur le développement du tourisme religieux dans certaines villes comme Kaolack, Touba et Tivaouane. Car, cela participe à une meilleure promotion du tourisme au Sénégal et propulse davantage le développement économique du pays», a souligné la parlementaire.

Pour le député Awa Guèye, cette promotion du tourisme religieux nécessite la mise en place des sites d'hébergement et le respect de certaines règles de conduite. Par ailleurs, la parlementaire dit apprécier à sa juste valeur, l'état d'avancement des travaux de réhabilitation de l'aérodrome de Kaolack et l'ouverture des vols Air Sénégal vers l'Italie et le Canada...

Concernant cette invite, le ministre a estimé être en train de promouvoir de manière méthodique le tourisme religieux en innovant pour inciter les Sénégalais à visiter les cités touristiques de chez nous et les structures d'hébergement. «Mon département est en train de travailler dans la perspective du tourisme religieux à Kaolack parce que l'aéroport de Kaolack sera bientôt achevé. Il est en train d'être réalisé par les services de génie civil de l'armée. Ça sera une première expérience que nous allons développer en relation très étroit avec nos chefs et guides religieux. Le tourisme religieux doit être développé, accompagné mais fait de manière méthodique pour parler un langage compris par tout le monde. Le tourisme religieux c'est également une façon de montrer l'histoire, la culture, et aussi tous ceux qui tournent au tour de notre patrimoine immatériel», a laissé entendre le ministre.

Pour sa part, la députée Woré Sarr a invité le ministre à revoir la gouvernance touristique pour mieux propulser ce secteur d'activité. «La gouvernance touristique cause beaucoup de problèmes aux acteurs du secteur. C'est pourquoi je vous invite à apporter des correctifs aux lourdeurs administratives pour mieux assurer le développement et la promotion touristiques dans le pays», a plaidé la parlementaire.

BUDGET DU MINISTERE DU TOURISME ET DES TRANSPORTS AERIENS : Alioune Sarr grossit de 13,358 milliards

Pour cette année, le projet de budget 2021 du ministre du tourisme et des transports aériens s'élève à la somme de 35.070.493.503 FCFA en crédits de paiement. Les autorisations d'engagement sont arrêtées à 97.290.263.264 francs CFA et les crédits de paiement dudit programme s'élèvent à 4.572.712.500 FCFA. Il connaît une hausse conséquente de 13,358 milliards en valeur absolue et 61,5% en valeur relative en 2021 par rapport à l'exercice en cours qui est de 21,712 milliards.

L'augmentation du budget dudit ministère s'explique en partie par la mise en œuvre du plan d'action stratégique 2020- 2023, marqué par la relance postCovid-19. D'après Alioune Sarr, le projet de budget présenté par son ministère est structuré autour de quatre programmes stratégiques. Il s'agit du pilotage, de la coordination et de la gestion administrative, du développement de l'offre touristique, du développement de la sécurité et de la sûreté des transports aériens et du développement des infrastructures aéroportuaires.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.