Sénégal: Accords de pêche - 161 licences accordées dont 129 aux navires sénégalais

2 Décembre 2020

L'Assemblée nationale a adopté hier, mardi 1er décembre, le projet de budget du ministère de la Pêche et de l'économie maritime arrêté à la somme de 198.156.395.076 FCFA en autorisation d'engagement et 50.194.418.013 FCFA en crédits de paiement. Lors de ce vote de budget, les députés ont interpellé le chef du département ministériel sur les accords de pêche avec l'UE, le différend opposant le Caps et le Gaipes, la pêche artisanale, l'aquaculture.

Le député libéral Toussaint Manga a interpelé le ministre de la Pêche et de l'économie maritime sur l'état actuel scientifique des stocks puisque depuis 2016, le Centre de recherches océanographiques de Dakar Thiaroye n'a pas pu faire d'études d'évaluation de stocks, faute de moyens techniques et financiers...

Réagissant à la polémique relative aux accords de pêche avec l'Union européenne (Ue), le ministre de la Pêche et de l'économie maritime Alioune Ndoye a fait savoir qu'à ce jour «le Sénégal a octroyé 161 licences de pêche dont 129 des navires de nationalité sénégalaise et 32 d'origine étrangère (depuis 1979 avec les premiers accords de pêche)».

Se voulant transparent, il a souligné les conditions d'attribution d'une licence de pêche, aussi bien pour les nationaux que pour les étrangers sont clairement définies et le Sénégal n'a d'accords de pêche qu'avec l'Union européenne, la Gambie, la Guinée-Bissau, le Cap-Vert, la Mauritanie ». A propos des bateaux étrangers, le ministre dira que «tous les navires qui pêchent au Sénégal le font dans le cadre d'un accord de pêche».

Poursuivant son propos, il précise que des concessions du Président mauritanien lors de la visite du président Macky Sall à Nouakchott ont permis aux ministres chargés des pêches des deux parties de signer un «avenant au protocole qui a instauré la gratuité des licences». Aussi fera-t-il remarquer que «les possibilités offertes ont-elles été révisées à la hausse de 100 pirogues soit cinquante sennes tournantes pour 50.000 tonnes à pécher».

700 MOTEURS DISTRIBUES EN 2020

S'agissant de la subvention des moteurs, le ministre a indiqué que 700 moteurs ont été distribués en 2020 pour un montant de 700 millions sur les 10 milliards prévus dans le cadre de la phase 2 du programme. A ce titre, il dira que «2 milliards sont inscrits dans la LFI 2021 dont la première phase est achevée en 2019 avec la distribution de 5 000 moteurs pour un montant de 5 milliards».

SECURITE ALIMENTAIRE ET NUTRITIONNELLE

Abordant la gestion responsable et durable de la pêche, Alioune Ndoye fera savoir que celle-ci constitue une priorité dans un contexte marqué par raréfaction des ressources halieutiques. Au Sénégal, annoncera-t-il, la dynamique d'exploitation de ces ressources a conduit à une surexploitation de la plupart d'entre elles, entrainant à la longue une forte détérioration de la rente halieutique.

Ainsi, pour renverser cette tendance, des réformes majeures sont envisagées dans le cadre de ce programme, visant à gérer durablement les ressources halieutiques, à restaurer les écosystèmes côtiers et continentaux, à accroitre la valeur ajoutée des produits et à développer l'aquaculture. Le ministre dira que ledit programme vise de manière spécifique à régénérer les ressources et pérenniser la rente halieutique, l'augmentation de la production aquacole, l'augmentation de la valeur ajoutée de la production halieutique et aquacole. Relativement aux différends opposant le Collectif des acteurs de la Pêche au Sénégal (Caps) au Groupement des armateurs et industriels de la pêche du Sénégal (Gaipes).

CONSTRUCTION OU REHABILITATION DE COMPLEXES FRIGORIFIQUES

Au sujet des complexes frigorifiques, le ministre a laissé entendre que le programme chaine de froid va démarrer sous peu et il s'agira de réhabiliter les quinze (15) complexes frigorifiques de la phase 1 et d'installer les dix-neuf de la phase 2. Il n'a pas manqué de préciser que cette deuxième phase concerne les entre autres localités Fatick, Foundiougne, Bargny, Médina Gounass, Vélingara, Thilogne, Potou, Kanel, Podor, Sédhiou, Bakel, Kayar, Mbour, Kaffoutine, Kaolack Kaffrine, Bounkiling, Louga et Aéré Lao.

Le député Abdoulaye Baldé et non moins ministre maire de Ziguinchor a alerté le ministre de la Pêche et de l'économie maritime à éviter un Joola bis. Selon lui: «le Consortium sénégalais d'activités maritimes (Cosama S.a) est en difficulté financière d'après les travailleurs qui l'ont rencontré pour l'informer des difficultés que rencontre la société». Il dira : «La plupart des bateaux sont en rade ou en carrelage. C'est le cas du bateau Alioune Sitoé Diatta avec un état de vétusté très avancé. Donc, un bateau qui nécessite de grosses réparations», fait-il savoir. Des trois bateaux qui assurer la liaison Dakar-Ziguinchor, seul Aguène est fonctionnel...

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.