Afrique de l'Ouest: Le Conseil Café-Cacao continue son offensive face à Mars et Hershey

La Côte d'Ivoire et le Ghana sont déterminés à poursuivre leur offensive contre deux multinationales américaines du chocolat, Hershey et Mars, qui refusent de payer une prime spéciale pour mieux rémunérer les agriculteurs qui produisent le cacao. Le Conseil Café-Cacao doit d'ailleurs rencontrer les représentants des planteurs jeudi à Yamoussoukro.

Les responsables du Conseil Café-Cacao veulent expliquer aux planteurs les raisons qui ont poussé les régulateurs ivoirien et ghanéen à hausser le ton face à deux multinationales. C'est assez inhabituel pour être souligné.

Suspension de la certification « durable »

La Côte d'Ivoire et le Ghana ont suspendu Hershey des programmes de certification, qui visent à garantir que les industriels achètent du cacao « durable », c'est-à-dire du cacao qui n'est pas issu de plantations ayant entraîné déforestation ou fait travailler des enfants. Là encore, c'est une première. Abidjan et Accra touchent ici à une corde sensible, à savoir un élément de communication et de marketing important que les chocolatiers utilisent en direction des consommateurs du Nord.

Les deux pays essayent de se donner les moyens de ne pas laisser les multinationales contourner les engagements pris lors de l'accord fixant une prime de 400 dollars la tonne destinée aux planteurs. C'est ce qu'on appelle le « différentiel de revenu décent » qui sert à mieux rémunérer les petits producteurs de cacao.

Discussions entamées avec Hershey

Le directeur général du Conseil Café Cacao dit qu'il y a actuellement des discussions avec le groupe Hershey pour apaiser les tensions. En fait l'atout dont dispose le Ghana et la Côte d'Ivoire est qu'ils produisent deux tiers des fèves de cacao dans le monde.

En attendant, Abidjan et Accra occupent pour le moment le terrain médiatique. Des marches de planteurs de cacao doivent ainsi être organisées simultanément en Côte d'Ivoire et au Ghana jeudi.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.