Cameroun: Relance post-Covid des Pme, artisans... - Le Fonds spécial fait des heureux

La liste des 720 dossiers retenus à l'issue d'un appel à candidatures, pour obtenir une quotepart des deux milliards mis à disposition par l'Etat, est disponible depuis le 25 novembre dernier.

291 Pme et 429 artisans et organisations de l'économie sociale œuvrant dans la confection de masques de protection faciale, la production de gel hydro-alcoolique, l'agro-industrie, l'économie numérique, la transformation du bois, l'événementiel, le textile. Voilà les principales activités dans lesquelles se recrutent les bénéficiaires de l'enveloppe globale de deux milliards de F au titre du Fonds de relance économique au profit du secteur productif.

Parmi elles, des Petites et moyennes entreprises (PME), des artisans et des organisations de l'économie sociale (OES) réparties dans les dix régions du pays et dont les activités ont été impactées par la pandémie du Covid-19. Leurs noms et localisations sont contenus dans le communiqué du ministre des Pme, de l'Economie sociale et de l'Artisanat, rendu public le 25 novembre dernier et disponible sur le site internet de ce département ministériel. Parmi ces bénéficiaires, des noms bien connus au Cameroun, dans les secteurs de l'agro-industrie et de l'économie numérique, mais aussi des structures qui se fraient encore du chemin.

Les deux milliards de F mis à disposition et dont les bénéficiaires disent désormais attendre les virements de la part du ministère des Finances, sont subdivisés en deux parties : des appuis aux PME à fort potentiel sinistrées pour un montant de 1,5 milliard de F et des appuis directs OES, artisans et acteurs des sociétés coopératives fabriquant des masques artisanaux et des gels hydro-alcooliques, pour une somme de 500 millions de F. « Des dons sous forme de financements directs », précise le ministre Achille Bassilekin III.

Les résultats ainsi publiés viennent mettre fin à un processus enclenché en octobre dernier. Et la sélection, programmée au niveau départemental, puis régional et enfin national, n'aura pas été de tout de repos, puisque c'est un total de 1171 dossiers qui ont été reçus par les équipes du Minpmeesa, tous secteurs confondus.

En lançant l'appel à candidatures, le ministre Achille Bassilekin III avait précisé les critères d'éligibilité à ces appuis. Etre une entreprise camerounaise justifiant d'une existence légale et affiliée à une instance faîtière, opérer dans les secteurs ayant fortement été impactés par la pandémie faisaient partie de ces conditions, pour les Pme. Quant aux artisans, ils devaient être camerounais, être enregistré dans un bureau communal de l'artisanat depuis au moins trois ans, appartenir à la filière textile ou cosmétique, ou œuvrer dans la fabrication des masques ou des gels hydro-alcooliques, entre autres. Idem pour les organisations de l'économie sociale.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.