Ile Maurice: Rejet de sa «private prosecution» - Bruneau Laurette conteste la décision du DPP

2 Décembre 2020

Il ne baisse pas les bras. Après le rejet de sa private prosecution en cour de Mahébourg le 10 septembre dernier, Bruneau Laurette a déposé, ce mercredi 2 décembre, un affidavit pour demander une judicial review de la décision du directeur des poursuites publiques (DPP).

Le document a été déposé par le biais de ses hommes de loi, Mes Sanjeev Teeluckdharry et Pazhany Rangasamy.

Dans son affidavit, Bruneau Laurette dresse la chronologie des événements qui l'ont poussé à entamer une poursuite privée contre Kavy Ramano, Sudhir Maudhoo et Alain Donat. Selon l'activiste, les trois hommes ont failli à leur devoir et n'ont pas réagi promptement lorsque le MV Wakashio est entré dans les eaux mauriciennes. Mais par la suite, le DPP a réclamé l'arrêt des poursuites en soutenant qu'il n'y avait pas assez de preuves pour établir les accusations formulées contre les accusés.

Bruneau Laurette estime qu'il n'a pas été entendu devant une cour impartiale et indépendante. «J'ai appris que, le même jour, la magistrate a été promue au bureau du DPP. Ce qui me fait croire que ma 'private prosecution' n'a pas été écoutée devant une cour impartiale et indépendante.» L'activiste affirme aussi que Me Satyajit Boolell a utilisé sa discrétion de mauvaise foi et de manière irrationnelle. «Ce dernier a émis des conclusions injustes, 'biased', perverses, déraisonnables et a même agi sur des bases incorrectes en supposant que les accusés n'avaient pas été interrogés sans avoir correctement évalué la preuve. «J'ai collecté toutes les preuves et même les témoignages d'experts marins mais on n'a pas tenu compte de tous ces éléments», poursuit-il.

Pour toutes ces raisons, il réclame l'autorisation de déposer, par voie de révision judiciaire, un affidavit pour contester la position du DPP et celle de la magistrate qui a rejeté sa demande. L'affaire a été fixée au 7 décembre devant le chef juge, Asraf Caunhye.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.