Ile Maurice: Suspendue, Nesha Soobhug face à un tribunal disciplinaire

2 Décembre 2020

La doctoresse Nesha Soobhug ne peut plus pratiquer jusqu'à nouvel ordre, a annoncé le Medical Council, hier. Son cas a été référé au Medical Disciplinary Tribunal.

La doctoresse Nesha Soobhug, 31 ans, est suspendue de la pratique médicale depuis le 30 novembre. Cette décision du Medical Council est tombée deux semaines après le décès, dans des circonstances atroces, du petit Ayaan Ramdoo, deux ans, à Midlands. Le garçonnet n'a pas survécu aux coups violents de son beau-père, Ashar Sobratee, qui, par la suite, a tenté en complicité avec la mère du petit, Nawsheen Beeharry, de maquiller ce meurtre présumé.

Le Conseil de l'ordre des médecins qui s'est réuni vendredi, a tranché et a fait connaître sa décision dans un communiqué publié dans la presse, hier. Ainsi, Nesha Soobhug, doctoresse du privé, ne peut plus pratiquer la médecine jusqu'à nouvel ordre. Cela, pour avoir émis un certificat attribuant le décès du petit Ayaan à des causes naturelles, contre un paiement de Rs 2 500, dans la soirée du jeudi 12 novembre, à l'hôpital Jawaharlal Nehru à Rose-Belle.

Sollicité hier, le président du Medical Council, le Dr Shyam Purmessur, explique que «vu la gravité de ce prima facie case a priori», le Conseil de l'ordre des médecins a décidé, vendredi, de référer le cas au Medical Disciplinary Tribunal. Celui-ci, qui est présidé par la juge Gaytree JugessurManna, mènera une enquête approfondie de son côté avant de référer ses conclusions au Medical Council.

«À partir de là, le Conseil de l'ordre des médecins décidera si la doctoresse écopera d'un avertissement ou d'un avertissement sévère ; d'une réprimande ou d'un blâme sévère ; d'une suspension de la pratique médicale pour une période ne dépassant pas 12 mois ; ou de la radiation du nom de la personne inscrite du registre. Pour le moment, il y a la présomption d'innocence», fait valoir le président du Medical Council.

Notre interlocuteur soutient qu'avant qu'elle ne soit suspendue de la pratique médicale, Nesha Soobhug a été convoquée par le Medical Council qui l'a informée qu'une investigation a été initiée sur la base du certificat de décès du petit Ayaan qu'elle a émis.

Nesha Soobhug, qui habite dans le Sud, où elle exerçait aussi jusqu'ici, est enregistrée comme médecin auprès du Medical Council depuis le 13 décembre 2017. Le jeudi 12 novembre, au soir, elle avait reçu un appel de la mère du petit Ayaan et de son conjoint pour qu'elle se rende à l'hôpital. C'est le caporal Mohammad Moontaj Ally Emambocus, qui était de service à la casualty room de l'hôpital Jawaharlal Nehru ce soir-là, qui a procuré au couple le numéro de la doctoresse Nesha Soobhug.

Aux enquêteurs de la Major Crime Investigaton Team, qui ont procédé à son arrestation le 17 novembre, Dr Nesha Soobhug a affirmé qu'elle n'avait détecté aucune anomalie puisque l'enfant était enveloppé dans un drap et le couple était, dit-elle, en larmes. Pourtant, le médecin de service à l'hôpital Jawaharlal Nehru ce soir-là avait précisé sur la casualty card de l'enfant qu'il fallait «Inform police» et «Refer PMO», à savoir référer le petit Ayaan à un Police Medical Officer pour les besoins d'une autopsie.Nesha Soobhug qui a malgré tout émis un certificat de décès, tout comme le caporal Emambocus, fait l'objet d'une accusation provisoire d'«aiding and abetting in a commission of a crime» suivant la mort troublante du petit Ayaan. Le 17 novembre, elle a été traduite au tribunal de Mahébourg avant d'être libérée contre une caution de Rs 40 000.

Lors d'une conférence de presse à Phoenix le 19 décembre, Nooshreen Beeharry, la tante maternelle d'Ayaan, celle par qui le pot aux roses a été découvert et qui a stoppé in extremis les funérailles de son neveu, a réclamé la révocation du droit de pratiquer la médecine de la doctoresse pour avoir émis un faux certificat de décès.

La médecin-légiste Shaila Prasad-Jankee a attribué le décès du petit Ayaan à une «acute peritonitis following traumatic bowel», et a précisé qu'il était un enfant battu. 5-Plus dimanche, dans son édition du 22 novembre, a fait état de fractures au niveau de ses côtes qui avaient perforé son intestin et des bleus et d'autres fractures sur plusieurs parties du corps dont des ecchymoses visibles sur le côté gauche du front ainsi que sur la joue gauche. Et, que la colonne vertébrale d'Ayaan était éga- lement disloquée. D'abominables et ineffaçables violences infligées par le présumé meurtrier Ashar Sobratee à un petit innocent de deux ans

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.