Congo-Brazzaville: Vie des partis - A quelle famille politique va adhérer le RDD ?

Parti de l'opposition politique congolaise, le Rassemblement pour la démocratie et le développement (RDD) a participé à la concertation de Madingou sous son propre label. Son vice-président, Jean-Jacques Serge Yhombi-Opango qui a annoncé la suspension de la participation de cette formation politique aux activités de la plateforme dirigée par Pascal Tsaty-Mabiala, n'a pas clairement déclaré son départ du groupe.

Quelle sera alors la nouvelle destination du RDD qui commémore le 2 décembre son 30e anniversaire? Après une présence de près de dix ans à la majorité présidentielle où il était allié du Parti congolais du travail, le parti créé par l'ancien président de la République, Jacques Joachim Yhombi-Opango, avait décidé de regagner les rangs de l'opposition le 3 mai 2019 suite à la signature du mémorandum d'entente de l'opposition.

Aujourd'hui, le RDD se réserve le droit de collaborer avec d'autres formations politiques défendant les valeurs et les principes de la social-démocratie. Ainsi rejoindra-t-il la Convention des partis républicains de Nick Fylla et Chris Antoine Walembaud, la Fédération des partis de l'opposition congolaise de Claudine Munari, le Collectif des partis de l'opposition ou l'Alliance pour la République et la démocratie de Mathias Dzon ? Selon certains observateurs de la vie politique, un probable retour à la majorité présidentielle n'est pas exclu.

Dénonçant la marginalisation dont le RDD serait victime au sein de l'opposition politique congolaise lors des différentes réunions techniques préparatoires à la concertation politique de Madingou, Jean-Jacques Serge Yhombi-Opango, rappelait que son parti n'était pas engagé à l'opposition pour être un faire-valoir. « On ne peut pas travailler avec quelqu'un qui ne nous respecte pas », lançait-il. « Le RDD va à Madingou en tant que RDD. Nous allons pour faire entendre notre voix. Le parti va avec ses propres propositions. Après la concertation, le RDD se réservera le droit de collaborer avec d'autres partis défendant les valeurs et les principes de la social-démocratie », indiquait-il.

En signant le document au siège de l'Union panafricaine pour la démocratie sociale (Upads), en présence de plusieurs cadres de la direction du parti, le vice-président du RDD s'était réjoui de rejoindre, encore une fois de plus, l'opposition. « En intégrant les rangs de cette plate-forme politique, le RDD se veut être une force de proposition d'une opposition constructive pour l'intérêt général et le bien-être des Congolais. Nous souhaitons que l'opposition congolaise soit une alternative, alors une réelle et véritable alternative qui soit à l'abri des tentatives de déstabilisation du pouvoir », déclarait Jean-Jacques Serge Yhombi-Opango.

Le RDD s'est fixé, entre autres objectifs, dès sa naissance en 1990, la défense de certaines valeurs telles que le dialogue, la concertation et la recherche du consensus. « C'est au sein de cette plate-forme constitutionnelle que le RDD entend désormais jouer sa pleine partition pour servir le peuple... C'est avec toute notre responsabilité que nous avons signé ce mémorandum, il y a beaucoup de points communs qu'il nous faut enrichir », s'engageait-il.

Prenant acte de l'adhésion du RDD, le chef de l'opposition congolaise avait rappelé qu'en apposant sa signature sur le mémorandum d'entente, le RDD s'engageait en son âme et conscience à respecter les prescriptions et à se battre avec les autres sur les valeurs de paix, d'unité nationale, de patriotisme et de respect des institutions.

« C'est une responsabilité de plus et je crois que nos amis du RDD la mesurent bien... Le RDD a été de tous les combats avec l'Upads de 1992 à 1997 et même au-delà. Il s'agit pour nous d'un vieil ami, peut-être que nous étions séparés mais nous n'avions pas divorcé. Mais cette fois, s'il faut se remarier, ce n'est pas seulement avec l'Upads mais avec tous les partis de l'opposition politique congolaise. Nous sommes sûrs que vous prendrez votre place pour jouer votre partition », déclarait Pascal Tsaty-Mabiala.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.