Cote d'Ivoire: Frais alloués au COGES - Le sénateur Koumoin René se dresse contre les autorités du système éducatif

Le Sénateur-Maire Koumoin Konan René s'est récemment insurgé contre les frais alloués aux Comités de gestion des établissements secondaires (COGES) pour faire face à un certain nombre de problèmes dans cesdits établissements.

C'était le lundi 30 novembre 2020 à l'occasion d'une cérémonie de remise de 150 tables-bancs au lycée Nanan Khissy Beynioua Fulbert de Diabo par le directeur général du trésor et de la comptabilité publique, Konan Assahoré Jacques, suite à un déficit de tables-bancs publié sur les réseaux sociaux.

Remettant tous ces équipements de classe au chef d'établissement au nom du directeur du Trésor, le Sénateur-Maire de Diabo a saisi cette occasion pour dénoncer les faibles montants alloués au Comité de gestion des établissements secondaires.

« Nous sortons, il y a quelques jours de cela, d'une réunion du COGES c'est un cri du cœur. Quand tu vois l'inscription en ligne qui va de 6000 à 9000 francs et quand on regarde ce qui est octroyé au COGES, c'est vraiment insignifiant. Ce sont 664 francs qui sont octroyés au COGES » a décrié le Vénérable Koumoin Konan René et de s'interroger « Où va le reste ? ».

Pour le premier magistrat de la commune de Diabo, au regard du déficit criant de tables-bancs que connaissent les établissements secondaires, un effort doit être fait par le gouvernement central sur les allocations des COGES car soutient-il « En rétrocédant 664 francs sur 6000 francs que les parents d'élèves payent, c'est vraiment triste. ».

Pour lui, si la part allouée aux COGES est revue à la hausse, cela permettrait au moins de faire face à beaucoup de besoins. « Quand on rétrocède, ne serait-ce que 2000 francs, avec l'effectif du lycée de Diabo qui est de 2600 élèves, ça peut faire beaucoup. Mais quand on envoie 664 francs et qui vient à compte-gouttes, c'est vraiment insignifiant. » a-t-il expliqué.

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Le Nouveau Réveil

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.