Sénégal: Une stratégie nationale pour la réduction des risques de catastrophe en gestation

Dakar — Une trentaine d'experts des Nations Unies accompagnent le Sénégal dans l'élaboration de sa stratégie nationale de réduction des risques de catastrophe, a appris l'APS.

"Aujourd'hui, nous avons une trentaine d'experts qui nous ont été envoyés par le système des Nations-Unies, sans compter, la partie étatique, pour nous aider à élaborer de manière inclusive cette stratégie de réduction de catastrophes", a déclaré Amadou Lamine Ndiaye, coordonnateur de l'Initiative de réduction des catastrophes du Sénégal (Capacity for disaster initiative CADRI en anglais).

M. Lamine Ndiaye s'adressait aux journalistes à l'issue du second atelier de lancement du processus d'élaboration de la stratégie nationale pour la réduction des risques de catastrophe au Sénégal.

Il a souligné que cette stratégie nationale "va in fine servir de guide pour toutes les actions en matière de réduction de catastrophe au Sénégal".

Le programme CADRI (Capacity for Disaster Reduction Initiative) est présenté comme une initiative regroupant un certain nombre d'agences partenaires (PNUD, OCHA, UNICEF, PAM, OMS, FAO) et d'organisations observatrices.

L'objectif est de permettre aux Nations Unies et aux autres membres du système de la Stratégie internationale pour la prévention des catastrophes (ISDR) d'appuyer les gouvernements dans leur effort visant à "élaborer et mettre en œuvre un cadre cohérent pour le renforcement des capacités nationales en matière de Réduction des risques de catastrophe (RRC) et de Préparation et réponse aux urgences (PRU)".

"Cette stratégie, nous la faisons en relation avec ce qu'on appelle un processus CADRI, une initiative internationale qui est dirigée par le système des Nations-Unies pour aider les Etats à mieux définir leurs capacités nationales en matière de risques de catastrophe", a expliqué Amadou Lamine Ndiaye.

"Nous sommes dans la phase de formation mais une fois que nous aurons terminé la formation nous allons commencer à déployer les équipes sur le terrain", a-t-il savoir.

Dans cet esprit, il a assuré que "toutes les régions du Sénégal vont accueillir ces équipes-là autour des CRD spéciaux parce que le président de la République a instruit pour qu'on puisse territorialiser la réponse aux catastrophes".

"C'est un processus qui démarre aujourd'hui et qui va prendre trois à quatre mois pour qu'on puisse enfin avoir ces stratégies nationales qui répondent à un indicateur international que le Sénégal compte satisfaire d'ici quelques mois", a-t-il indiqué.

Selon lui, il ne s'agit plus de rester au niveau central et de donner des directives mais plutôt faire de sorte que les gouverneurs, les maires et même les populations qui vivent au quotidien ces catastrophes-là puissent donner leur point de vue par à rapport à la prévention, la préparation et à la réponse à la catastrophe.

Rappelant le contexte dans lequel cette initiative a vu le jour, il a insisté sur le fait que "les Etats qui ont ratifié le cadre international de réduction de catastrophe qui s'appelle le cadre d'action de Senday d'élaborer une stratégie nationale".

"En novembre 2019 et en avril 2020, en Conseil des ministres, le président de la République a réitéré cet intérêt pour que le Sénégal puisse satisfaire cette exigence internationale", a-t-il rappelé.

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.