Bénin: Le gouvernement réagit à l'arrêt de la CADHP sur la réforme constitutionnelle

Après plusieurs jours de silence, le gouvernement béninois réagit au dernier arrêt de la Cour africaine des droits de l'homme et des peuples. Vendredi dernier, la CADHP a exigé l'abrogation de la réforme constitutionnelle de novembre dernier et exigé le retour au texte de 1990.

Une décision qui fait suite à plusieurs arrêts défavorables de cette Cour vis-à-vis du pouvoir de Patrice Talon. À nouveau, celui-ci dénonce l'hypocrisie des juges, l'immixtion dans la souveraineté du pays, alors que le Bénin s'est retiré en avril du protocole additionnel permettant une saisine individuelle de la Cour par des citoyens béninois.

La révision de notre Constitution est une initiative parlementaire approuvée par l'unanimité des représentants du peuple. C'est cette Constitution renforçant notre démocratie que l'on voudrait remettre en cause par une décision qui frise l'hérésie et à laquelle le peuple béninois, souverain, ne peut prêter le flanc. Autant d'avancées qui permettent le renforcement de notre démocratie, dont on ne peut considérer que les acquis ont été remis en cause ou qu'ils aient même reculé.

Alain Orounla, porte-parole du gouvernement béninois

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.