Madagascar: Antaninarenina - Des explosions interpellent la police

Deux coups de feu tirés à Antaninarenina, mardi vers 20h 30, ont été rapportés par un témoin à la police. Le scénario reste pourtant trouble.

Rocambolesque. L a police se voulait prudente, ce mardi, mais deux balles ont encore sifflé du côté d'Antaninarenina, vers 20h 30, selon une alerte. Un informateur paniqué a prétendu avoir assisté à une scène terrifiante à cette heure-là. Une voiture blanche de marque Damas passait à cet endroit, ses occupants ont fait feu deux fois. Témoignage inquiétant.

À l'arrivée des hommes du commissariat du premier arrondissement et de l'unité d'intervention rapide, la voiture concernée n'était plus là. Antaninarenina était calme, comme si de rien n'était.

« Il y aurait eu des explosions, mais nous ignorons de quoi il s'agissait réellement. Nous n'avons relevé aucune trace ou impact de balle sur les lieux. Personne n'est non plus blessé », raconte un membre de la police du secteur.

« Le témoin oculaire n'a pas remarqué le numéro d'immatriculation du véhicule, mais seulement sa couleur. Il aurait roulé vers Isoraka. Un ratissage a été effectué, mais j'en attends toujours le résultat », raconte une source de la police judiciaire. « En tout cas, nos hommes collectent encore des renseignements et nous vous signalerons dès que nous aurons une information. Le témoin ne s'est pas présenté alors qu'on a voulu lui demander ce qui s'est exactement produit », explique-telle.

Feux d'artifices

« Nous pensons que ces supposés coups de feu ont eu lieu en même temps que les feux d'artifices au CAPSAT. Nous n'avons constaté qu'un accident de la circulation à Antaninarenina cette nuit-là. Il s'agissait d'une Peugeot 205 blanche. Elle avait à son bord trois personnes. Le chauffeur était complètement ivre et sans permis. Il a percuté la clôture du palais présidentiel. Il est actuellement enquêté à la brigade des accidents », indique le Service de l'information, de la communication et des relations avec les institutions du ministère de la Sécurité publique.

Si ces faits étaient établis par les investigations, ce nouvel épisode viendrait réveiller l'inquiétante série d'actes de grand banditisme ou de kidnappings qui semblent déjà être maîtrisés.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.