Cote d'Ivoire: Blocage du football ivoirien - Le ras-le-bol des présidents de club

3 Décembre 2020

Les présidents de club dénoncent, de plus en plus, la mainmise de la Fifa sur l'activité sportive dans le pays.

Neuf mois sans match de foot, ça commence à agacer tout le monde. Vendredi dernier, après avoir réceptionné un important lot d'équipements sportifs pour son équipe, le président de la Société omnisports de l'armée (Soa), Koné Mamadou, a crié son indignation face à la situation de blocage créée par la Fédération internationale de football association (Fifa), qui a profité de son droit d'ingérence pour arrêter, jusqu'à nouvel ordre, le processus électoral.

Une situation qui dure depuis le 27 août dernier. Et qui s'ajoute à la longue trêve imposée par la pandémie de coronavirus, depuis le mois de mars. « Il faut être clair. Cette situation est très gênante. Elle n'arrange personne. Elle n'est pas vraiment facile à vivre. Nous sommes obligés de payer les joueurs à ne rien faire. J'exhorte vivement la Fifa qui a bloqué ce processus à le débloquer. Afin que nous ayons un nouveau président de notre fédération. Et que la vie de notre football reprenne rapidement », a dénoncé le président de la Soa, dont l'objectif est de tout faire pour reconquérir « notre titre de champion de Côte d'Ivoire que nous avons perdu la saison écoulée ».

Koné Mamadou reconnaît certes que la saison a été arrêtée à cause de la crise sanitaire, mais avoue que la place qu'a occupée son équipe est celle qui lui revenait logiquement.

Le patron des Militaires n'est pas le seul à dénoncer l'absence de football dans le pays. Yssouf Diabaté, dans une interview à Sportmania, a également exprimé son ras-le-bol. « Le football est notre passion et le gagne-pain de plusieurs jeunes dont la plupart s'en trouvent aujourd'hui privés. Cette situation n'arrange personne. Elle met tout le monde mal à l'aise. La Fifa gagnerait à débloquer la situation dans un bref délai », disait le président de Sporting club de Gagnoa.

«Ce blocage n'arrange personne»

Avant ces deux présidents de club, d'autres dirigeants et joueurs s'étaient plaints de la situation qui, il faut le dire, devient de plus en plus insupportable.

On se souvient qu'avant son décès, l'ancien président de la Fédération ivoirienne de football (Fif) avait adressé un courrier à la faîtière mondiale, lui demandant de laisser le processus électoral suivre son cours.

A noter que l'institution mondiale que dirige l'Italo-Suisse Gianni Infantino avait, dans un premier temps, relancé le processus suspendu par la Fif, pour faire appliquer les textes électoraux. Elle avait insisté pour que la Commission électorale reste en place. Et qu'elle aille jusqu'au bout de ses travaux. Quarante-huit heures après les décisions de la juridiction de premier ressort qui a invalidé la candidature de Didier Drogba et retenu celles de ses autres adversaires, Sory Dibaté et Yacine Idriss Diallo, la Fifa surgit et bloque tout.

Elle réclame à la Fédération ivoirienne de football de lui transmettre illico tous les documents : le procès-verbal de l'AG ordinaire du 4 juillet 2020 qui s'est tenue à Yamoussoukro, la liste des membres de la Commission électorale, le procès-verbal de la réunion de la Commission électorale du 25 août 2020, le procès-verbal de la réunion du Comité exécutif de la Fif qui aurait eu lieu après celle de la Commission électorale du 8 août 2020.

Puis, elle a mis en place une commission conjointe Fifa-Caf-Ufoa qui a entendu par visio-conférence les différents intervenants dans le processus électoral du président de la Fif. Depuis, plus rien.

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.