Cote d'Ivoire: Séminaire-bilan/Élection présidentielle - La Cei tire les leçons pour les échéances futures

3 Décembre 2020

L'institution en charge de l'organisation des élections en Côte d'Ivoire est au laboratoire pour faire son autocritique.

Améliorer l'organisation des échéances électorales à venir; tel est l'objectif du séminaire-bilan que la Commission électorale indépendante (Cei) a ouvert le mercredi 2 décembre, au Sofitel Abidjan Hôtel Ivoire, à Cocody. «Il s'agit de jeter un regard sur les activités que nous avons menées ; un regard que nous voulons objectif, humble, sans faux-fuyant, afin de tirer les leçons pour les échéances futures», a souligné le président Coulibaly-Kuibiert Ibrahime, dans son discours d'ouverture.

Il a insisté sur la nécessité pour la Cei d'assurer un bon déroulement des processus électoraux qu'elle veut transparents et crédibles. «C'est dans cet esprit que nous organisons cette séance d'autoévaluation, afin d'asseoir les bases d'une bonne gouvernance électorale dans notre pays», a soutenu le patron de la Cei.

Coulibaly-Kuibert Ibrahime a affirmé que l'institution dont il a la charge a enregistré des acquis, mais qu'il y a tout de même bien des défis à relever. C'est pourquoi, au cours des trois jours de réflexions, les participants auront à plancher sur «les textes juridiques pour proposer les ajustements nécessaires entre la Constitution et le code électoral».

Par ailleurs, il sera question de revisiter les opérations électorales ainsi que les questions liées au «déploiement logistique et à la sécurisation», revoir le programme de la sensibilisation et la formation.

A en croire le président de la Cei, il s'agit de « corriger les insuffisances par des recommandations pertinentes. A cet effet, les rapports des observateurs nationaux et internationaux nous seront d'un grand apport». Et Coulibaly-Kuibiert d'appeler à maintenir le cap et à «cultiver le travail bien fait». Il a aussi évoqué l'environnement assez particulier dans lequel s'est tenu le scrutin présidentiel.

«Le processus électoral a été marqué par la survenue inattendue de la pandémie de Covid-19. Puis par des actes de violence incompréhensibles, perpétrés par certains de nos compatriotes obéissant à un mot d'ordre de boycott du scrutin », a-t-il déploré.

Présidente du comité d'organisation, la 3e vice-présidente de la Cei, Salimata Porquet Sanogo, a d'abord indiqué que l'élection présidentielle s'est tenue conformément à la Constitution ivoirienne et aux standards internationaux.

Eu égard au fait que le processus électoral ait engagé des ressources humaines et surtout financières, elle a exprimé la gratitude et les remerciements de la Cei aux partenaires au développement. Plusieurs représentants de ces institutions étaient présents à la cérémonie.

Elle a affirmé que l'heure est, à présent, à l'ébauche «des perspectives pour les défis futures ». Elle a donc souligné que six commissions ont été identifiées pour dresser, sans faux-fuyant, le bilan de l'organisation du scrutin du 31 octobre et envisager le futur.

Le scrutin présidentiel du 31 octobre 2020 marque le début du cycle électoral de cette année. Ce processus va se poursuivre avec les législatives. Par ailleurs, plusieurs personnalités dont des diplomates ont pris part à la cérémonie d'ouverture.

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.