Guinée: Labé - Les propriétaires d'engins préfèrent les immatriculer à Conakry

3 Décembre 2020

Il y a quelques semaines que l'état à travers le ministre des transports terrestres a fait l'annonce d'une prochaine campagne de ré-immatriculation des engins roulants en république de Guinée et entend par la même occasion rattraper son retard sur la tenue de son fichier.

Déjà, depuis 1992 le secteur est tenu par le décret 227 du chef de l'état d'alors feu General Lansana Conté.

L'échéance annoncée est 2021 mais en attendant les citoyens préfèrent bouder les régions pour aller immatriculer leurs engins à Conakry chose que déplore Fodé Aboubacar Camara directeur régional des transports terrestres.

« Les dispositions du décret sont claires, quand vous résidez dans une région vous devez vous immatriculer là bas mais dans les faits ce n'est pas ce qui se passe, le plus souvent les garçons préfèrent aller se faire immatriculer à Conakry pour le moment c'est un statu quo on ne sait pas encore ce que la nouvelle réglementation va exiger... »

S'immatriculer ailleurs n'est pas sans conséquence puisque pour le moindre besoin lié à l'engin en question il faut se déplacer et engager des frais alors que si l'immatriculation se fait sur place le requerent ne débourse pratiquement rien sans compter la sécurité et l'aptitude de faire simplement une mutation de propriété s'il y a lieu.

Plus de: Aminata.com

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.