Afrique de l'Ouest: Comité de politique monétaire - La BCEAO note une aggravation des déficits des budgets nationaux les 9 premiers mois de 2020

Le Comité de politique monétaire (Cpm) de la Banque centrale des États de l'Afrique de l'Ouest (Bceao) a tenu, le 2 décembre 2020, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l'année 2020, par visioconférence, sous la présidence de Tiémoko Meyliet Koné, Gouverneur de la Banque centrale, son président statutaire.

Selon un communiqué de presse, le Comité a passé en revue les principales évolutions de la conjoncture économique internationale et régionale au cours de la période récente, ainsi que les facteurs de risque pouvant affecter les perspectives à moyen terme d'inflation et de croissance économique de l'Union. Examinant la conjoncture interne, le Comité a relevé que l'activité économique dans l'Uemoa a légèrement progressé au troisième trimestre 2020, en rapport avec la levée des restrictions de mobilité et les effets des politiques publiques de soutien mises en place.

Le Pib de l'Union a progressé de 0,6% par rapport à la même période de l'année 2019, après une baisse de 2,0% un trimestre plus tôt. Pour l'ensemble de l'année 2020, les dernières prévisions situent le taux de croissance du Pib de l'Union à 0,9% contre 5,6% en 2019.

«L'exécution des budgets nationaux sur les neuf premiers mois de l'année 2020 fait ressortir une aggravation des déficits par rapport à la même période de l'année précédente, induite par les effets de la pandémie sur les recettes ainsi que par les mesures de riposte et de relance prises par les Etats. En effet, le déficit budgétaire, base engagements, dons compris, s'est chiffré à 3.742,1 milliards ou 5,5% du Pib à fin septembre 2020 contre 1.576,3 milliards ou 2,4% du Pib un an plus tôt », constate le Cpm.

Au plan monétaire, la masse monétaire s'est consolidée par rapport au même trimestre de l'année précédente, avec une progression de 15,5% contre 13,2%. Cette accélération a été imprimée par les accroissements des actifs extérieurs nets (+19,3%) et par les créances intérieures (+11,8%). Les réserves de change de l'Union se sont établies à un niveau confortable, assurant la couverture de 5,6 mois d'importations de biens et services. Il correspond à un taux de couverture de l'émission monétaire de 74,7% contre 75,3% un trimestre plus tôt.

Sur le marché monétaire, les conditions de financement ont poursuivi leur détente, en ligne avec les opérations d'injection de liquidité à taux fixe depuis fin mars 2020 et les effets de la décision de baisse des taux directeurs, le 24 juin 2020. Ainsi, le taux moyen pondéré des opérations hebdomadaires d'injection de liquidités s'est établi à 2,00% au troisième trimestre 2020 contre 2,46% au trimestre précédent et 3,15% un an plus tôt.

Abordant la situation de l'inflation dans l'Union, le Comité a relevé que le niveau général des prix à la consommation s'est établi à 2,9% en moyenne au troisième trimestre, après une hausse de 1,7% le trimestre précédent. L'accélération du rythme de progression du niveau général des prix est imprimée essentiellement par le renchérissement des céréales locales, des produits de la pêche, des légumes frais ainsi que des tubercules et plantains.

Sur la base de ces analyses, le Cpm a décidé de maintenir inchangés le taux d'intérêt minimum de soumission aux opérations d'appels d'offres d'injection de liquidité à 2,00% et le taux d'intérêt du guichet de prêt marginal à 4,00%, niveaux en vigueur depuis le 24 juin 2020. Le coefficient de réserves obligatoires applicable aux banques de l'Union demeure inchangé à 3,0%.

Plus de: Lejecos.com

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.