Le handicap n'est pas une maladie, souligne un webinaire pour marquer la Journée internationale des personnes handicapées

3 Décembre 2020

La CEA s'est jointe au reste du monde, ce jeudi pour marquer la Journée internationale des personnes handicapées (IDPD) avec un webinaire axé sur le thème de la journée, « Rebâtir plus solide : Vers un monde post COVID-19 inclusif, accessible et durable ».

Les orateurs notent que la « nouvelle norme »' présente beaucoup plus de défis pour les personnes handicapées et félicite la Secrétaire exécutive, Vera Songwe, et son équipe pour être allé au-delà de l'appel du devoir en apportant des changements positifs à la CEA dans la vie des personnes vivant avec un handicap.

Le thème d'aujourd'hui reflète une compréhension croissante que le handicap fait partie de la condition humaine. Presque tout le monde sera temporairement ou définitivement affaibli à un moment de sa vie. Malgré cela, quelques pays et organisations ont mis en place des mécanismes adéquats pour répondre pleinement aux besoins des personnes handicapées avec de bonnes politiques parfois non mises en œuvre.

Les panélistes participant à la discussion, dont le Dr Grace Fombad, M. Carlos Haddad, M. Marian Miszkiel, M. Yonas, M. Fekadu, soulignent l'importance de favoriser une culture inclusive à la CEA.

Le Dr Grace, dont la présentation portait sur les effets du COVID-19 sur les personnes handicapées, souligne que le handicap n'est pas une maladie. Elle déclare que Franklin Roosevelt avait remporté l'élection présidentielle américaine de 1932 lors d'un glissement de terrain et était devenu la première, et jusqu'en 2020, la seule personne physiquement handicapée à être président des États-Unis.

« Il nous a montré que le handicap n'est pas une maladie et a donné beaucoup à son pays. Ensemble nous pouvons faire la différence. Ensemble, faisons plus pour soutenir, autonomiser et encourager les personnes handicapées et bâtir une société meilleure. Aimez-moi pour qui je suis », dit-elle.

Le Dr Grace informe que les personnes handicapées font partie des populations les plus vulnérables en temps d'épidémie de COVID-19 en raison de nombreux obstacles sanitaires, sociaux et environnementaux, d'attitudes discriminatoires et d'infrastructures inaccessibles.

Les défis auxquels ils sont confrontés, y compris le risque plus élevé de contracter le COVID-19, nécessitent des actions collectives depuis le domicile, informe-t-elle.

M. Haddad, pour sa part, affirme que la CEA fait beaucoup pour tenter de relever les défis du personnel handicapé, mais qu'elle est parfois contrainte par les finances.

« Nous avons encore beaucoup à accomplir. Nous espérons faire progresser ce que nous faisons ici à la CEA au plus haut niveau alors que nous continuons à investir nos cœurs et nos esprits à notre objectif de faire progresser l'agenda du handicap et d'atteindre 100% », dit-il.

M. Miszkiel, qui s'est concentré sur le personnel handicapé et l'accessibilité dans l'enceinte de la CEA, déclare que le webinaire est une occasion exceptionnelle de dialoguer avec des collègues de la CEA sur les moyens de faire progresser l'agenda du handicap à la CEA. Il déclare qu'il est nécessaire que l'ONU élabore un cours de formation obligatoire pour accroître la sensibilité et la sensibilisation au handicap.

« Nous devons tous œuvrer pour l'égalité de tous les êtres humains en tout », déclare-t-il.

M. Yonas s'est concentré sur les membres du personnel handicapés et les questions de ressources humaines, y compris le recrutement de personnes handicapées et les bonnes pratiques.

« Lors du recrutement, nous devons éviter les hypothèses. L'apparence physique ne signifie pas qu'une personne est incapable d'accoucher. Les personnes handicapées sont également capables », déclare-t-il, ajoutant qu'il est nécessaire de sensibiliser davantage les personnes à changer d'attitude envers leurs collègues handicapés.

« Il reste encore beaucoup à faire avec toutes les parties prenantes sur la table pour qu'un réel changement se produise dans notre monde », déclare M. Yonas, ajoutant que la confiance, l'amour, le respect et l'engagement sont essentiels pour améliorer la vie des personnes handicapées à la CEA et dans le monde en général.

L'exposé de M. Fekadu a porté sur l'utilisation et l'incidence des statistiques et de la technologie sur les personnes handicapées pour atteindre les Objectifs de développement durable. Il a également parlé de l'obligation légale.

« Je tiens à remercier la Secrétaire exécutive, Vera Songwe, et M. Haddad, d'avoir dirigé depuis le front les efforts visant à améliorer la vie des personnes handicapées ici. Votre gentillesse et votre compréhension sont vraiment appréciées », dit-il.

Il ajoute : « Il est important que vous me voyiez et non mon handicap. Il s'agit également d'inclusion et de nos efforts collectifs et de nos grandes réalisations en tirant les leçons des erreurs du passé ».

Une personne sur sept en vie aujourd'hui - plus d'un milliard de personnes au total - vit avec une forme de handicap.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.