Sénégal: Vite dit - Le choix du prénom

3 Décembre 2020

Il y a de quoi pester devant les inepties de ce prêcheur d'une radio de la place qui, dernièrement, nous faisait l'apologie des prénoms arabes à donner impérativement à nos enfants. Aussi, nous invitait-il à bien les prononcer. Pour ce gus, c'est un sacrilège en faisant porter à son nouveau-né, ce rayon de soleil dans la famille, un prénom tiré de la tradition.

La conséquence de l'influence arabe, du fait de notre long compagnonnage avec l'Islam, a égaré ce prêcheur plus attiré par les sirènes des appellations étrangères que par les belles sonorités de nos dénominations originales. Des prénoms arabes tirés de la tradition religieuse sont déjà tropicalisés chez nous : Mohamed (Modou), Jésus (Issa), Marie (Marame), Moïse (Mousseu). Quand il sublime « Djamila » (belle) ou Assane (bon), simples adjectifs arabes utilisés en tant que noms propres, Diégane (riche) idéalise Mossane (belle) et Fakhane (tendre) chérit Mbaax (généreux).

En quoi Nour (lumière), une référence à la nature, devenu Nourou chez nous, est meilleur que Njëmbët (semence) qui nous nourrit ? Au pays de Kocc (la finesse), les enfants peuvent bien s'appeler Roogodeb (petit dieu) ou Modiane (meilleur) et être de bons pratiquants musulmans, chrétiens ou animistes.

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.