Les informations géospatiales, essentielles pour le développement durable de l'Afrique

1 Décembre 2020

Addis-Abeba, Éthiopie — La sixième réunion du Comité régional des Nations Unies sur la gestion mondiale de l'information géospatiale en Afrique (UN-GGIM : Afrique) a débuté ce mardi, avec le Directeur du Centre africain pour la statistique, de la Commission économique pour l'Afrique (CEA), Oliver Chinganya, soulignant l'importance d'avoir des informations « locales » solides, fiables et précises afin de prendre des décisions éclairées nécessaires pour relever les plus grands défis de l'Afrique.

Dans son discours liminaire, lors de la réunion virtuelle, M. Chinganya déclare au cours des deux dernières décennies, UN-GGIM : Afrique a mis en place des approches réalistes pour garantir la mise en place de cadres systématiques et complets avec des politiques, des ressources et des structures connexes qui rendent les technologies de l'information géospatiale facilement accessibles aux décideurs et à la communauté et ce de manière coordonnée.

« Nous savons tous que pour relever certains des plus grands défis auxquels nous sommes aujourd'hui confrontés en tant que société, il faut accorder une attention particulière à une meilleure compréhension de notre planète et de ses modèles socio-économiques. Pour cela, il est fondamental d'améliorer notre compréhension du « lieu ». Pour ce faire et pour ceux qui prennent des décisions importantes sur la manière de résoudre ces problèmes, il faut des informations « locales » solides, fiables et précises », précise-t-il.

« Je pense que nous avons jeté des bases solides ces dernières années. Les fondations aideront UN-GGIM : Afrique à se développer en tant que leader d'opinion reconnu sur les questions liées à l'information géospatiale. Elles aideront également UN-GGIM : Afrique à réaliser sa vision.

M. Chinganya déclare que le véritable défi est de bâtir sur ces fondations.

« Pour nous assurer que nous continuons à progresser, à prendre des mesures concrètes et à réaliser des choses qui feront une réelle différence, nous devons nous assurer que les décisions soient prises sur la base de preuves factuelles solides, étayées par des informations géospatiales précises, fiables et actualisées » affirme le directeur de la CEA.

Il déclare que la CEA, en tant que Secrétariat de l'ONU-GGIM : Afrique, en collaboration avec le Bureau exécutif, a organisé cette sixième réunion d'ONU-GGIM Afrique pour continuer à construire un consensus dans le cadre de la coordination de la contribution de l'Afrique à l'UN-GGIM mondial.

« À la fin de cette réunion, il est important que des mécanismes soient mis en place pour garantir un engagement efficace des États membres afin d'atteindre les buts et objectifs d'UN-GGIM : Afrique », informe M. Chinganya, ajoutant que la lutte contre la pandémie COVID-19 est en cours.

« Les informations géospatiales se sont avérées très utiles pour permettre au public d'accéder rapidement et facilement aux informations sur la façon dont une maladie dangereuse est à proximité d'eux et de découvrir comment elle affecte d'autres parties du monde ».

Pour sa part, Oumar Ka, Président du Conseil exécutif de l'ONU-GGIM : Afrique, déclare que dans les eaux inexplorées de la crise du Nouveau coronavirus, il y a de grands défis à relever pour le continent et le monde dans son ensemble.

« Mais grâce à la science et à la technologie et à des informations géospatiales fiables pour l'élaboration des politiques de développement durable, nous pouvons en sortir plus forts », dit-il, ajoutant que la créativité et l'innovation sont essentielles pour l'avenir.

Représentant le Secrétariat de l'ONU-GGIM, Greg Scott déclare que le COVID-19 a changé le monde tel que nous le connaissons et « nous devons réajuster et recalibrer en utilisant de nouvelles technologies et capacités. Nous devons considérer la crise comme une opportunité pour la communauté géospatiale ».

Pour sa part, le représentant de la Commission de l'Union africaine, Meshack Kinyau, au cours de la réunion, déclare que l'information et la technologie géospatiales joueront un rôle important dans la manière dont l'Afrique se relancera et se rebâtira plus solide, au lendemain de la pandémie de COVID-19.

Il dit qu'il y a un grand potentiel pour les agences de cartographie du continent pour mettre en valeur leurs capacités ; créer des tableaux de bord et des applications visant à obtenir des informations et des connaissances cruciales pour la prise de décision importante alors que le continent va de l'avant.

UN-GGIM : Afrique a été créée pour coordonner le développement géospatial africain et contribuer à l'initiative mondiale plus large. UN-GGIM : Afrique aide les États membres de la CEA à faire progresser des visions holistiques dans le but de favoriser l'utilisation efficace des produits et des ressources géospatiales à l'appui des défis mondiaux émergents et de divers secteurs socio-économiques en Afrique.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.