Algérie: Résolution du PE - L'Algérie refuse toute ingérence dans ses affaires internes

Alger — Le président du Conseil de la nation par intérim, M. Salah Goudjil, a reçu jeudi une communication téléphonique de président du Sénat de la République Française, Gérard Larcher au cours de laquelle il a exprimé le refus de l'Algérie de "toute ingérence dans ses affaires internes de quelque nature soit-elle", dans la foulée de la résolution adoptée par le Parlement Européen sur la situation des droits de l'homme en Algérie, indique un communiqué du Conseil de la nation.

Salah Goudjil a fait part à son interlocuteur M. Gérard Larcher du refus de l'Algérie de "toute ingérence dans ses affaires internes de quelque nature soit-elle", insistant sur le fait que, la résolution adoptée par le Parlement Européen sur la situation des droits de l'homme en Algérie

est "un acte en totale contradiction avec la pratique parlementaire", précise la même source. Il a ajouté qu'il n'était "pas sans bénéficier du soutien occulte de la part de groupes d'intérêt, de lobbies, de partis politiques et d'entités qui, œuvrent à parasiter les relations de l'Algérie avec ses partenaires, ainsi que le processus démocratique dans lequel elle s'est résolument engagée et l'entrave de toutes les démarches entamées en matière de réformes et de changements auxquels aspire le peuple Algérien".

Les entretiens entre les Présidents des deux Chambres ont permis par ailleurs de passer en revue les relations parlementaires entre le Conseil de la nation et le Sénat français.

Les entretiens entre les présidents des deux chambres parlementaires ont par ailleurs, englobé d'autres questions et dossiers entre autres, les répercussions de la propagation de la pandémie du Coronavirus, l'islamophobie et la démocratie ainsi que, divers questions et dossiers d'intérêt commun.

Il s'agit principalement de l'évolution des situations au niveau local et régional à l'instar de la lutte antiterroriste, le tarissement de ses sources de financement à travers la concrétisation de la criminalisation du paiement des rançons, le processus de règlement de la crise libyenne, la

situation au Mali et les derniers développements connus par la question du Sahara Occidental et "les souffrances endurées" par le peuple Sahraoui, "la répression et l'injustice qu'il subit et le déni de ses droits légitimes".

A cet égard, le président du Conseil de la nation par intérim a réitéré à son interlocuteur, la position de "principe et immuable" de l'Algérie vis-à-vis de la question sahraouie qui "est et demeure une question de décolonisation", rappelant le "droit indéniable" du peuple Sahraoui à l'autodétermination.

Dans ce contexte, M. Salah Goudjil a appelé les instances internationales en général et le Conseil de Sécurité de l'ONU en particulier "à assumer leurs obligations afin de trouver une solution juste et équitable à cette question".

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.