Bénin: Covid-19 - Les Béninois sont-ils prêts à se faire vacciner ?

4 Décembre 2020

La population béninoise est partagée entre méfiance, suspicion et adhésion. Des citoyens se confient à la DW.

Ce n'est pas le principal sujet au cœur des préoccupations actuelles dans le pays, mais les Béninois ne sont pas indifférents au contexte international de course aux vaccins.

Certains voient dans la mise au point rapide du traitement, une issue de sortie de la pandémie. "C'est une bonne nouvelle, surtout pour nous qui avions été déjà infectés par la Covid-19", se félicite Yélian. "Si réellement ces vaccins peuvent guérir effectivement totalement la Covid-19 ce serait une bonne chose, car la psychose reste permanente."

"Je pense qu'un vaccin efficace et avéré serait salutaire pour soulager le monde entier, donc va venir ramener en fait le monde à son état initial", ajoute Bayo, un autre citoyen béninois.

Dame Martine salue aussi la promptitude des laboratoires au plan mondial dans leurs recherches qui ont permis de lancer plusieurs essais cliniques. "Je trouve louable tout ce que les médecins et chercheurs font pour pouvoir réguler la pandémie, parce que le vaccin c'est une bonne chose en soi. Ça permet de juguler les pandémies à travers le monde entier."

De l'inquiétude à l'adhésion

Mais Dame Martine ne cache pas sa méfiance. "Personnellement je n'accepterai pas ce vaccin tout de suite." Comme elle, beaucoup d'autres Béninois disent vouloir observer d'abord les effets de ces préparations sur les populations les plus touchées ailleurs dans le monde avant de se faire vacciner.

Médessè Privat, justifie sa réticence : "Quand on écoute les informations à propos des entreprises, des compagnies qui sont en train de fabriquer des vaccins, rien ne garantit d'abord la durabilité de la protection que ces vaccins peuvent donner. Deuxièmement, on sait qu'il y a beaucoup d'informations qui circulent à propos des effets secondaires de ces vaccins. Donc, franchement, je suis dubitatif", explique ce citoyen.

"On ne peut pas vacciner tout le monde"

Le doute semble aussi habiter beaucoup de médecins. La plupart, face à la délicatesse du sujet, évitent toute déclaration. Mais pour le tradithérapeute, Sylla Doucouré "même si le vaccin est bon, on ne peut pas le donner à tout le monde. Vous avez vu l'exemple de nous Africains, nous avons développé une résistance farouche à ce virus, on ne peut pas vacciner tout le monde. Le problème, c'est qui on va vacciner et qui on ne va pas vacciner ?", interroge-t-elle. "Si vous avez des anticorps contre une infection, pourquoi on voudrait vous vacciner ?", s'interroge le tradithérapeute.

La désinformation sur les réseaux sociaux

Les débats sur les réseaux sociaux, nourris par diverses sortes d'informations, bonnes ou mauvaises, ne facilitent pas non plus une prise de décision des populations.

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.