Sénégal: Faible affluence des vendeurs d'arachide - Les syndicalistes de la Sonacos tirent la sonnette d'alarme

4 Décembre 2020

Les syndicalistes de la Sonacos sont très inquiets du déroulement de la campagne de commercialisation de l'arachide. Et pour cause : l'huilerie nationale peine à collecter les graines d'arachide nécessaires à son bon fonctionnement ; les producteurs préférant vendre leurs productions dans le marché parallèle.

« Nous n'avons presque pas trouvé de camions d'arachide dans les unités régionales de la Sonacos que nous avons visitées. Depuis le début de la campagne de commercialisation, le 23 novembre dernier, Diourbel n'a réceptionné que trois camions, Kaolack deux et Ziguinchor zéro », a martelé, mercredi dernier, à Diourbel, le secrétaire national du Syndicat des corps gras, Samuel Ndour. Il trouve « déplorable » que l'industrie locale ne parvienne pas à trouver de matière première, alors que la production d'arachide de cette année est forte. « Les autorités étatiques doivent revoir leurs politiques », a-t-il estimé.

M. Ndour d'expliquer cette situation par la présence « d'étrangers » dans le circuit de la collecte. Selon lui, les étrangers devaient contractualiser avec les sociétés nationales et non aller en brousse, jusque dans les concessions villageoises, pour chercher la graine à des prix plus compétitifs.

Attirant l'attention des autorités et des populations sur les méfaits d'une telle situation, le syndicaliste alerte. « Les conséquences seront désastreuses », a-t-il assuré, car non seulement les emplois sont menacés et pire, la Sonacos risque de mourir « parce qu'elle ne peut pas rester deux années successives sans matière première ». Ce serait une grosse perte pour la société, a insisté Samuel Ndour.

Dans le même sillage, Thié Mbaye a précisé que la Sonacos ne peut pas acheter au même prix que le marché parallèle. « Si la Sonacos achète le kilogramme à 350 FCfa, elle va fermer ses portes. Pour faire un litre d'huile, il faut trois kilogrammes d'arachide, alors que le prix homologué pour vendre l'huile est de 1050 FCfa le litre sans compter les frais de production et les assurances. Avec ça, on n'aura aucune marge commerciale », a-t-il avancé.

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.