Madagascar: Education inclusive - L'EPP Ambohidroa citée en exemple

Hier, Journée internationale des personnes handicapées, l'EPP Ambohidroa a reçu la visite de la ministre de l'Education nationale, Sahondrarimalala Marie Michelle.

Tous égaux. C'est ainsi que sont considérés les élèves, handicapés ou non, à l'école primaire (EPP) d'Ambohidroa. Tous ont droit à l'accès à l'éducation.

L'EPP Ambohidroa, l'une des plus anciennes écoles de la ville d'Antananarivo, accueille depuis 2007 des enfants à besoins spécifiques, incluant ceux vivant avec un handicap moteur, malentendants, atteints de trisomie ou d'autisme, au sein de classes inclusives et intégrées avec les autres enfants. Si l'expérience de l'EPP Ambohidroa confirme que l'inclusion des enfants handicapés dans les structures d'éducation dites « conventionnelles », n'est pas chose impossible, elle requiert néanmoins un changement de perception. Il s'agit notamment de la reconnaissance que ces enfants ont les mêmes droits que les autres, qu'ils peuvent faire preuve d'autodétermination et ne sont pas seulement des bénéficiaires de la charité publique. L'UNICEF, pour sa part, soutient que leur voix doit être entendue et prise en compte dans l'élaboration des politiques et des programmes. Ce qui est loin d'être le cas actuellement.

Statistiques. Une étude récente menée par cette même organisation (MICS 2018), l'une des rares sources de données sur les enfants handicapés à Madagascar, indique que 10 % des enfants âgés de 2 à 5 ans à Madagascar sont handicapés. Le ratio passe à 14% pour les enfants âgés de 5 à 17 ans. Cependant, alors que de nombreuses politiques sociales sont censées être appliquées à tous, y compris implicitement les personnes handicapées, il arrive souvent qu'elles ne répondent pas à leurs besoins. Dans le secteur de l'éducation, en particulier, le concept d'éducation inclusive et le handicap ne sont pas toujours compris par tous.

Discrimination. En matière d'éducation en particulier, force est de constater que nombre d'actions visant à soutenir les droits des personnes handicapées ne sont pas réalisées pour cause de priorités et de budgets limités. Pourtant, l'expérience de certains établissements, comme à l'EPP Ambohidroa, démontre que les enfants handicapés sont capables de surmonter les obstacles à leur inclusion, lorsqu'on leur donne les moyens. Seulement, trop d'enfants handicapés n'ont aucune possibilité de participer. Bien souvent, ils sont les derniers à accéder aux ressources et aux services. « Trop souvent, ils n'inspirent que de la pitié ou, pire encore, sont victimes de discrimination et de mauvais traitements », souligne à ce sujet l'UNICEF. Pour Madagascar, il urge que l'on se penche enfin sur l'investissement dans l'éducation inclusive, avec une attention particulière sur l'équité.

Privés de kits scolaires ! En œuvre depuis des années dans le domaine de la promotion de l'éducation inclusive, l'UNICEF procédera bientôt à la dotation de kits et matériels pour 4 200 enfants scolarisés dans 59 centres spécialisés de toute l'île. Une démarche visant à motiver les parents et les enfants à revenir à l'école, après la fermeture durant la crise sanitaire. Une intervention équitable, somme toute, puisque les enfants dans les centres ne figurent pas parmi les élèves bénéficiaires des kits scolaires venant de l'Etat.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.