Angola: Lutter contre les rumeurs et les arnaques liées à la Covid-19

Luanda — « La COVID-19 ne tue personne en Angola parce que nous sommes immunisés grâce au paludisme », affirme un message malhonnête parmi une myriade d'autres à propos de la pandémie dans le pays d'Afrique australe.

La désinformation et les rumeurs ont constamment assombri la lutte contre la COVID-19. En juillet, le bureau de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) en Angola et le ministère de la Santé ont mis en place l'Alliance COVID-19 - un système pour combattre l'augmentation de la désinformation, potentiellement néfaste et partagée principalement en ligne.

L'Alliance COVID-19 suit et analyse les conversations sur la pandémie dans les médias traditionnels et les réseaux sociaux et réfute les informations trompeuses. Des mises à jour régulières et des messages clés sur la maladie sont aussi publiés sur son site web, et partagés sur les réseaux sociaux et via sa plateforme WhatsApp.

Les rumeurs suivies par la plateforme sont liées principalement à des commentaires sur la maladie, les tests, le traitement, le vaccin et la riposte par les autorités locales et leurs partenaires. « Quand j'ai entendu que je devais boire de l'alcool ou manger de l'ail pour éviter d'avoir la COVID-19, j'étais plus effrayée que soulagée parce que je savais que ce n'était pas vrai », raconte Denise Miranda, qui vit dans la capitale Luanda.

« Il est parfois alarmant de voir à quel point les rumeurs circulant sont mensongères et pourtant créatives », explique Elchadai Destino, un utilisateur régulier de la plateforme Alliance COVID-19 qui a reçu un message WhatsApp encourageant les gens à ignorer les mesures préventives arguant que la maladie n'était plus dangereuse.

Parmi les mythes populaires dans le paysage de la désinformation sur la COVID-19 en Angola figurent des avertissements contre la vaccination des enfants contre la polio parce qu'il s'agirait d'un test pour le vaccin contre la COVID-19, ou que la maladie n'existe plus dans le pays, ainsi que des arnaques concernant une loterie COVID-19 qui ferait gagner des lots en appelant un numéro de téléphone.

« L'accès à des informations officielles vérifiées est essentiel concernant la prévention de la COVID-19 de même que lorsqu'il s'agit de garantir la bonne santé de la population », affirme Dr Djamila Cabral, la représentante de l'OMS en Angola. « Promouvoir l'accès à des informations correctes et combattre la désinformation contribuent à une meilleure participation de la population à la riposte à cette pandémie sans précédent. »

L'Alliance COVID-19 reçoit environ 100 appels par jour de personnes cherchant à clarifier des rumeurs, à accéder à des tests ou des faits sur la maladie et la façon dont elle se transmet, ainsi que des mesures préventives.

Lizandro Chissupa, à la tête de l'entreprise de technologie qui gère la plateforme Alliance COVID-19 se montre confiant. Selon lui, l'initiative va aider à « diminuer l'impact de la désinformation dans notre pays et à guider les gens dans l'application des bonnes mesures de prévention. »

L'Angola a intégré la gestion de l'« infodémie » dans sa riposte à la pandémie de COVID-19. Dans la région africaine, l'OMS, des organisations partenaires et les groupes de vérification des informations ont lancé une alliance pour débusquer et réfuter la désinformation concernant la pandémie et d'autres urgences sanitaires.

Dr Cabral affirme que l'OMS en Angola continuera à soutenir le ministère de la Santé à renforcer la gestion de l'« infodémie » et d'autres mesures de promotion de la sensibilisation aux problèmes de santé publique.

« La désinformation peut créer de la confusion et une défiance vis-à-vis des gouvernements et la réponse en matière de santé publique », affirme-t-elle. « Nous continuerons à soutenir la mise en place d'interventions clés qui fournissent aux citoyens des informations claires basées sur des preuves et qui suscitent des comportements sanitaires positifs. »

Plus de: WHO

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.