Congo-Brazzaville: Fonds bleu pour le Bassin du Congo - L'étude de préfiguration et la feuille de route rendues disponibles

La réunion de présentation aux ministres de la Commission climat du Bassin du Congo (CCBC) des résultats de l'étude de préfiguration du Fonds bleu pour le bassin du Congo et de la feuille de route pour son opérationnalisation, s'est tenue le 2 décembre à Brazzaville en visioconférence et en présentiel.

Elle a été précédée le 1er décembre par la quatrième réunion du comité de pilotage de l'étude de préfiguration du fonds bleu pour le Bassin du Congo dont l'objectif était de valider le rapport final de cette étude et la feuille de route pour l'opérationnalisation du fonds.

Présidée par la ministre Arlette Soudan-Nonault, coordonnatrice technique de la CCBC, cette rencontre a réuni les ministres et ambassadeurs ou représentants des pays de la CCBC ci-après : Angola, Burundi, Congo, Gabon, Guinée Equatoriale, République démocratique du Congo (RDC), Rwanda, et Sao Tomé et Principe.

Y ont également pris part, les points focaux Fonds bleu des pays membres de la CCBC et des organisations régionales et sous régionales ; des représentants des organisations internationales et régionales ; des représentants des partenaires techniques et financiers ; des représentants du Consortium EY-INNPACT.

A l'issue des travaux, les recommandations et suggestions suivantes ont formulées : tenir le deuxième sommet des chefs d'État et de gouvernement des pays de la CCBC en juin 2021 ; ratifier le protocole instituant la CCBC, en ce qui concerne les pays qui ne l'ont pas encore fait ; signer le mémorandum d'entente portant création du Fonds bleu pour le Bassin du Congo, en ce qui concerne les pays de la CCBC qui ne l'ont pas encore fait.

La coordonnatrice technique effectuera une tournée à cette fin dans les pays concernés en février 2021. Il a également été demandé de s'acquitter de la contribution étatique, à hauteur de 370.000 dollars, pour la mise en place de l'unité de démarrage du Fonds bleu, en ce qui concerne les pays de la CCBC qui ne l'ont pas encore fait ; poursuivre l'identification des projets pays à inscrire dans le pipeline des projets à financer par le fonds ; assurer la diffusion du rapport final de l'étude auprès des autres ministres au niveau national (les ministres en charge des Finances, du Plan, de l' Économie et des Affaires étrangères) ; finaliser le processus de sélection de la banque de développement chargée d'héberger la ligne de financement du Fonds bleu pour le Bassin du Congo ; solliciter du gouvernement de la République du Congo la dotation d'un siège au profit de la CCBC au plus tard mars 2021 et la signature d'un accord de siège avec cette institution.

S'agissant de l'état d'avancement du projet régional Readiness Fonds bleu pour le Bassin du Congo, la ministre a donné lecture de l'évolution de ce projet et relevé, entre autres, le point des contributions des États... La coordonnatrice technique de la CCBC a également plaidé pour que ce projet soit validé d'ici la fin de l'année 2021 afin de permettre d'une part le recrutement des experts chargés d'accompagner la banque de développement dans la gestion du fonds et d'autre part le fonctionnement du secrétariat permanent de la CCBC.

Le Rwanda a relevé la nécessité de disposer de la version anglaise corrigée du protocole instituant la CCBC afin de pouvoir la soumettre au conseil des ministres, et ensuite au parlement pour ratification, les fonds ne pouvant être engagés qu'après cette ratification.

S'agissant du point sur la feuille de route (prochaines étapes) le représentant du consortium EY-INNPA, Patrice Lefeu, a défini comme prioritaires les étapes suivantes : sélection de la banque de développement chargée d'héberger la ligne de financement Fonds bleu pour le Bassin du Congo, le délai de soumission des offres le 4 janvier 2021 ; l'approbation par le Fonds vert pour le climat du projet régional Readiness Fonds bleu pour le Bassin du Congo d'ici fin décembre 2020 ; le recrutement de l'équipe d'experts devant avec la banque de développement sur le processus de gouvernance du fonds et l'élaboration des différents textes règlementaires de gestion du fonds ; l'organisation des rendez-vous avec les différents bailleurs pour la levée de la première partie des fonds à hauteur de 400 millions de francs CFA au plus tard en mai 2021.

L'approbation de l'étude par les chefs d'État prochaine étape de la CCBC

La tenue de cette réunion marque un tournant décisif dans le processus d'opérationnalisation du Fonds bleu pour le Bassin du Congo. L'étude de préfiguration du Fonds bleu souhaitée par tous est désormais disponible. « Votre participation active au débat et les échanges fructueux qui ont été les nôtres ont permis d'amender les documents validés par nos experts », a déclaré la coordonnatrice technique de la BBCB.

La prochaine étape, a-t-elle souligné, est l'approbation de cette étude par les chefs d'État et de gouvernement et l'organisation de la conférence des bailleurs de fonds. « Nous avons au bout de plusieurs mois de dur labeur atteint les objectifs de la mission qu'ils nous ont confié, celle de faire du Fonds bleu pour le Bassin du Congo une réalité. Avec l'étude de préfiguration, nous disposons d'un outil de gouvernance et d'un pipeline de projets bancables issus de nos contributions déterminées au niveau national. Nous serons donc à même à travers la mise en œuvre de ces projets de concilier le développement économique et la lutte contre les changements climatiques, l'une des principales missions assignées aux trois commissions », a renchéri Arlette Soudan-Nonault.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.