Ethiopie: Un mois après le début du conflit, le dialogue semble toujours impossible

Cela fait un mois jour pour jour, ce vendredi 4 décembre, que le conflit a commencé en Éthiopie. L'armée fédérale a pris le contrôle de Mekele, la capitale du Tigré, mais le TPLF a promis de continuer à se battre. Le dialogue semble toujours impossible entre les deux camps alors que la situation humanitaire ne cesse de s'aggraver.

Pas question de déposer les armes répète le TPLF. Ce jeudi, sur Tigray TV, Getachew Reda, un responsable du mouvement, a annoncé que « la guerre continuait sur différents fronts », ajoutant que le TPLF s'était retiré de Mekele « pour éviter des combats dans la ville ». Les premières images de la capitale du Tigré depuis sa prise par les troupes fédérales ont été diffusées par les médias d'État. Elles ont montré une ville calme avec des soldats en patrouille.

Mais selon plusieurs sources, les combats continueraient effectivement. « Étant donnée l'expérience du TPLF à mener une insurrection armée, il est trop tôt pour être soulagé et passer à une phase de post-conflit », explique Susan Stigant, chercheuse à l'Institute of Peace.

Certains affirment que le pouvoir tigréen et ses troupes auraient creusé dans les montagnes alentours pour justement mener une guérilla. Redwan Hussein, un des porte-parole du gouvernement a lui reconnu des affrontements sporadiques qu'il décrit comme « des actes de désespoir » du TPLF.

Inquiétudes multiples des humanitaires

Le pouvoir fédéral qui poursuit sa campagne de communication tous azimuts. Jeudi le vice-Premier ministre Demeke Mekonnen s'est entretenu avec son homologue russe Sergei Lavrov puis avec les Nations unies. Tandis que l'ambassadeur éthiopien en Égypte a prêché la bonne parole auprès des autres diplomates.

Les humanitaires eux ont des convois d'aide prêts à partir pour le Tigré. Leurs inquiétudes sont multiples. Certaines populations sont coupées de tout et ont besoin de nourriture et médicaments en urgence. Par ailleurs, de multiples sources accusent l'armée éthiopienne de bloquer les gens cherchant à fuir au Soudan. Faisant monter la tension à la frontière, alors que les réfugiés qui sont déjà passés côté soudanais s'inquiètent pour leurs familles restées au Tigré.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.