Afrique de l'Ouest: La paix au Sahel requiert beaucoup d'humilité (directeur régional UNFPA)

Dakar — Le retour de la paix au Sahel requiert une implication de tous les acteurs qui, en sus de cela, devraient faire preuve d'humilité, estime le directeur régional pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre du Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA), Mabingué Ngom.

Il faut "rester humble et garder le regard toujours sur la recherche de solutions pour asseoir une paix, parce que personne n'est à l'abri bien au-delà des pays africains", a-t-il déclaré lors d'une cérémonie de présentation de l'ouvrage "Démographie, paix et sécurité : Regards croisés pour un Sahel central résilient", écrit sous sa direction.

"Au regard de ce qui se passe dans le monde ces derniers mois ou ces dernières années, on se rend compte que personne n'est à l'abri", a-t-il fait remarquer.

Selon lui, la paix et la sécurité dans Sahel sont aujourd'hui l'affaire de tous.

Il déclare toutefois ne pas disposer d'une baguette magique pour mettre fin à la situation que traverse cette partie de l'Afrique qui s'étend de l'Atlantique à la mer Rouge. "Si nous avions la solution du Sahel, il ne serait pas ce qu'il est aujourd'hui", confie-t-il.

Selon M. Ngom, l'ouvrage "Démographie, paix et sécurité : Regards croisés pour un Sahel central résilient", vise à fournir aux décideurs politiques et aux partenaires au développement les données et évidences qui pourraient contribuer à la conception de politiques publiques susceptibles d'apporter des réponses plus efficaces et plus durables aux défis actuels et futurs de la région Sahel.

Le livre qui a bénéficié de l'apport d'un comité scientifique international réuni autour de responsables et d'experts de tous horizons, est préfacé par le président nigérien Mahamadou Issoufou.

Mabingué Ngom explique que sa rédaction a été "adossée à un sens assez élevé d'humilité qui, par ailleurs, a suscité beaucoup de discussions à l'interne, qui ont mis en évidence l'importance de rester humble". Selon lui, s'il y avait des solutions toutes faites, le Sahel n'en serait pas là où il est aujourd'hui.

"Nous continuons ce que nous faisons, nous apportons notre contribution pour que les uns et les autres puissent partager et créer des solutions pour la paix dans cette partie du continent", a-t-il dit.

"Nous ne disons pas que c'est la démographie qui est le problème. Les problèmes sont multisectoriels, et nous pensons qu'il y a un domaine sur lequel nous devons agir", a indiqué M. Ngom.

Il déplore que la prévention ne soit pas souvent privilégiée, alors même qu'elle "aide à concevoir des politiques publiques fondées et bâties sur des faits et des évidences".

A La Une: Sénégal

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.