Afrique: Tendance - Un salon au goût de terroir

La première édition du Salon du Terroir se tient du 4 au 18 décembre à Pointe-Noire. Plus qu'un salon, un véritable booster pour mettre en lumière l'art de vivre et de penser congolais !

Depuis hier et jusqu'au 18 décembre, la Chambre de commerce de Pointe-Noire aura un parfum de terroir, celui qui sent bon le pays, celui de notre République du Congo. Imaginé par Peho-Lynne Omba, artiste peintre, styliste et animatrice TV, et Aimé Miantama, entrepreneur congolais à la tête de JAN Congo, le Salon du Terroir congolais va en effet ouvrir ses portes pour une première édition riche en rencontres de tous genres.

C'est local, c'est « Biso na biso », c'est 242 et c'est ce qu'on aime. Que ce soit agro-alimentaire, cosmétique, vannerie, stylisme, coiffure, décoration évènementielle, fabrication de chaussures et de sacs, peinture ou céramique, rien de ce qui est « Made in Congo » ne saura vous échapper.

« Dans le contexte économique difficile d'aujourd'hui, qu'il soit à l'échelle mondiale ou congolaise, nous avons pensé qu'il était nécessaire de booster notre économie locale qui rencontre parfois des difficultés en matière de production mais surtout de distribution.

Le Salon du Terroir est pensé pour être un espace privilégié pour nouer des contacts et échanger de façon constructive entre une clientèle potentielle, des producteurs et entrepreneurs locaux, des distributeurs et des investisseurs. Il y a une ambition saine à vouloir mettre en lumière ces acteurs de notre terroir national que je trouve trop peu valorisés au Congo », explique Peho-Lynne, l'une des organisatrices.

Parrainé par Gabs Be Event et les Pépinières du Congo, le Salon du Terroir sera donc « The place to be » en ce mois de décembre pour découvrir authenticité et originalité d'un certain art de vivre à la congolaise. Coiffée nappy, vêtue de wax, portant chaussures et accessoires de chez nous, peau huilée avec des produits congolais, la naturelle et légendaire beauté africaine sera au rendez-vous de ce salon pour nous encourager à oublier un temps la mode venue d'ailleurs et autres produits importés. « Il y a ici, dans l'art ou l'artisanat, que l'on soit vannier ou céramiste par exemple, de véritables talents.

Nous avons à cœur de rattraper le retard quant à la promotion de notre économie locale par rapport à d'autres pays. Depuis quelques années, on sent de nouvelles énergies pour valoriser tous ces secteurs mais le chemin est encore long à parcourir, le Salon du Terroir œuvre en sorte de le raccourcir pour que chacun y trouve la place qu'il mérite », conclut Peho-Lynne.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.