Congo-Brazzaville: Tatouages - Les jeunes Brazzavillois veulent paraître branchés

Ces marques décoratives sur le corps sont utilisées comme moyen de communication ou appartenance à une tribu mais aussi simple élément de beauté. Véritable œuvres artistiques, le tatouage est pour certains un moyen de s'affirmer.

Les tatouages ont toujours existé dans les sociétés africaines. Par exemple chez les Berbères en Afrique du Nord et les Peules en Afrique subsaharienne, on se faisait tatouer les lèvres, les gencives et la bouche lors des rituelles ancestraux.

Se faire tatouer est presque devenu une coutume chez les jeunes à Brazzaville. Les raisons qui les poussent à se faire tatouer sont multiples : vouloir paraître branché, le suivisme des amis et montrer un caractère rebelle, souvent sur les parties visibles du corps comme les bras, le dos, les cuisses, le cou. « C'est par effet de jeunesse que je me suis fait tatouer par enthousiasme. Mais aujourd'hui je regrette car j'ai des marques indélébiles sur plusieurs parties de mon corps », confie Stéphanie, sans savoir la véritable signification des dessins qui figurent sur son corps. Les célébrités ont beaucoup influencé. « Je joue au football et cela me plaît de porter les tatouages. C'est un style que je tiens pour ressembler à mes stars de football », témoigne Dorel.

Manque de normes d'hygiène

Dans les marchés, ceux qui font manucure et pédicure et pose les faux cils se font aussi tatoueurs. Ils utilisent les pistolets à ancre, le stylo pour faire le dessin. La plaie pour que le tatouage soit visible dure une semaine pour se cicatriser. Le non-respect des normes d'hygiène telles que des aiguilles à usage unique, port des gants, stérilisation du matériel représentent un risque pour la santé et exposent ainsi les clients aux maladies comme le VIH, les hépatites, l'allergie.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.