Afrique: Prix de la femme policière de l'année des Nations Unies, finaliste pour 2020 - Catherine Ugorji, commissaire principale

La commissaire principale Catherine Ugorji, de la police nigériane et membre de la Mission intégrée multidimensionnelle de stabilisation des Nations unies au Mali (MINUSMA), a été sélectionnée comme l'une des deux finalistes pour le prestigieux prix de la femme policière de l'année des Nations Unies pour 2020.

"Par ses paroles et ses actions, l'officier de police des Nations Unies Ugorji illustre le meilleur de la police des Nations Unies", a déclaré le secrétaire général adjoint aux opérations de paix, Jean-Pierre Lacroix.

Sur les 1 300 policières des Nations unies déployées dans le cadre d'opérations de maintien de la paix, 21 ont été nominées pour le prix. L'inspecteur en chef zambien Doreen Malambo, qui sert au sein de la Mission des Nations Unies au Sud-Soudan (MINUS), recevra le prix lors d'une cérémonie virtuelle présidée par M. Lacroix le mardi 3 novembre. La commissaire Rebecca Nnanga, du Cameroun, qui sert au sein de la Mission intégrée multidimensionnelle de stabilisation des Nations unies en République centrafricaine (MINUSCA), est l'autre finaliste.

Le conseiller de police des Nations unies Luis Carrilho, le "top cop" des Nations unies, a félicité le commissaire Ugorji pour son choix et a déclaré : "Le leadership de l'officier de police des Nations Unies de la MINUSMA, Ugorji, au sein de trois unités de police constituées à Gao a été remarquable, et Catherine a mis en place des opérations tactiques qui ont permis de réduire la criminalité dans la région, en soutien aux forces de sécurité maliennes et à la population hôte".

"En plus de ce rôle très exigeant, le commissaire en chef Ugorji a travaillé avec diligence pour améliorer les conditions de vie des femmes policières afin qu'elles puissent servir en toute sécurité et dans la dignité", a ajouté M. Carrilho.

Le chef de la police Ugorji a été déployé à la MINUSMA en 2018.

La commissaire principale a fait preuve d'une conduite exemplaire tout au long de son déploiement au Mali, où elle est coordinatrice de l'unité de police constituée (FPU) à Gao.

Elle a assuré la liaison et la coordination avec les autorités locales et la société civile pour finaliser les opérations de la Police des Nations Unies afin de rassurer la population dans la conduite d'activités normales dans une zone d'insécurité due à l'incursion de groupes terroristes et armés.

Elle est félicitée pour son travail d'extension de la zone d'intervention de la FPU à la région d'Ansongo, près de la zone frontalière entre le Mali, le Niger et le Burkina Faso, où les terroristes et les fauteurs de troubles de l'accord de paix malien accroissent leur influence.

Son soutien aux opérations conjointes avec la police, la gendarmerie et la Garde nationale maliennes a contribué à assurer la sécurité de la population locale. Le commissaire en chef Ugorji a déclaré qu'elle était impatiente de continuer à renforcer la sécurité à Gao une fois que les restrictions liées à COVID-19 seront levées.

Ugorji a rejoint la police nigériane en 2003, et a occupé les fonctions d'enquêteur criminel du niveau local au niveau régional, d'officier de protection de l'enfance, d'officier divisionnaire de la criminalité jusqu'au commandant adjoint par intérim de la division de police d'Ogudu à Lagos. Elle a également participé à la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH) en 2006-2007, où elle a été chargée de la planification des opérations de la FPU.

Le prix de la policière de l'année des Nations Unies a été créé en 2011 pour reconnaître les contributions exceptionnelles des femmes policières aux opérations de maintien de la paix des Nations unies et pour promouvoir l'autonomisation des femmes.

Ce prix revêt une importance encore plus grande cette année, en raison du 20e anniversaire de la résolution 1325 du Conseil de sécurité sur les femmes, la paix et la sécurité.

Plus de: Africa Renewal

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.