Madagascar: Festival - Le slam étend son royaume

Il envoûte le public par la splendeur et l'excentricité de ses rimes. Le slam s'affirme désormais comme une discipline incontournable selon Bini Josoa, un passionné du genre.

Comme chaque année, c'est le jour le plus attendu dans le cadre de ce festival exceptionnel, d'envergure internationale qui conquiert de plus en plus de jeunes. Le Slam National qui en est à sa onzième édition cette année se clôt aujourd'hui à l'Institut français de Madagascar (IFM) Analakely. A 14h ce jour, la grande finale d'un tournoi de longue haleine opposant les poètes contemporains les plus aguerris de la Grande île égayera ainsi la scène.

Durant plus d'une semaine, le festival Slam National initié par l'association Madagaslam a convié des jeunes artistes de tous horizons, ainsi que le public à voyager avec lui aux rythmes des vers et des poésies. Entre quatorze slameurs en compétition, représentants sept villes au début, le public a largement eu le temps de se familiariser avec une jeune génération épanouie e t talentueuse. « Cette édition, malgré les difficultés auxquelles on a fait face, s'est avérée des plus prometteuses. Nous en sommes particulièrement fiers, car on a particulièrement ressenti un gain d'intérêt de la jeune génération pour le slam cette année. La moyenne d'âge de nos participants était de 20 ans » souligne Bini Josoa, artiste aux multiples casquettes, entre autres, slameur et comédien, en faisant le bilan de cette 11e édition à la presse hier.

«Confiant pour l'avenir»

Discipline artistique en constante évolution, le slam scandera à nouveau la ferveur de ses artistes cet après-midi à l'IFM Analakely. « Bien au-delà de la forme de poésie moderne qu'il représente, il importe de savoir que le slam peut s'affirmer comme une forme d'expression à part entière. Ainsi, mettant à son aise celui ou celle qui le pratique, le slam contribue à l'éveil artistique de tous ceux d'entre nous qui ont la poésie dans l'âme », confie Bini Josoa.

Preuve en est l'atelier « Déclamation et présence scénique» avec Fela Razafiarison, membre émérite de la compagnie Miangaly Théâtre hier après-midi, qui a convié entre autres les slameurs à développer mieux encore leur prestance face au public. « De même, on reste des plus optimistes quant à l'avenir du slam à Madagascar. Le fait est qu'on a en tête plusieurs projets pour mieux vulgariser le slam et pérenniser aussi les acquis de tous les slameurs nationaux au-delà de ce festival. A l'instar des tournois inter-facultés à l'université, on prévoit ainsi des manifestations au sein des entreprises ou d'autres institutions », ajoute Bini Josoa.

Le slam contribuant aussi à tisser des liens, l'association Madagaslam à travers le festival Slam National reste aussi confiante sur la visibilité de nos artistes sur la scène internationale. Outre la Coupe du monde de slam-poésie prévue se tenir à Paris l'année prochaine, diverses collaborations en Suisse, en Allemagne, en Espagne et en Belgique sont aussi d'actualité. Ceci dit, nos artistes espèrent toujours un meilleur soutien de la part de leurs partenaires pour pouvoir porter haut l'étendard du slam malgache.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.