Cote d'Ivoire: Construction de bâtiments/Abdoulaye Dieng formel - « Aucun effondrement d'immeuble n'est dû à un architecte ivoirien »

4 Décembre 2020

« Aucun effondrement d'immeuble n'est dû à un architecte ivoirien. A ce jour, depuis la création de l'Ordre des architectes, aucun bâtiment, à Abidjan, ne s'est effondré par la faute d'un architecte du pays », a clarifié Abdoulaye Dieng, président du Conseil national de l'Ordre des architectes de Côte d'Ivoire (Cnoa). Il a fait cette précision au cours d'une conférence de presse qu'il a animée, le 4 décembre, au siège de l'organisation sis à Cocody.

Face aux médias, le président du Cnoa a apporté un démenti formel aux allégations selon lesquelles les architectes seraient les premiers responsables des écroulements d'immeubles. Tout en s'inscrivant en faux contre de telles affirmations, il précise que les constructions en chantier qui s'écroulent sont dues au fait que les maîtres d'ouvrage ou les clients n'ont pas jugé nécessaire d'approcher un architecte, encore moins un ingénieur.

« Si les usagers (maîtres d'ouvrage et clients) sollicitaient l'expertise d'un architecte, celui-ci serait le garant de leur construction (...) S'ils avaient auparavant fait appel à un architecte, c'est sûr que le projet se passerait de la meilleure manière possible, dans la mesure où ce spécialiste (architecte) y serait impliqué ; avec toutes les garanties requises. Il faut donc solliciter un architecte pour la réalisation des constructions », a vivement conseillé Abdoulaye Dieng.

Tout en précisant que « les architectes d'intérieur ne sont pas des architectes, mais plutôt les collaborateurs de ces derniers ». Selon le président, l'architecte n'est pas que pour les riches, mais pour tous les Ivoiriens. C'est pourquoi il a invité la population à se rapprocher d'eux. « Il faut arriver à obliger ou faire en sorte que la population fasse systématiquement appel à un architecte agréé auprès du (Cnoa) ».

Et Abdoulaye Dieng de suggérer : « le client doit exiger que l'architecte qu'il a approché lui montre sa carte de membre de l'Ordre des architectes de Côte d'Ivoire ». Il a souligné que le Cnoa a marqué sa volonté de travailler au service de la population en acceptant, sur instruction du ministère de tutelle, de concevoir les projets qui ne dépassent pas 55m2 au coût forfaitaire de 300 000 FCfa. Il s'est également insurgé contre les individus qui se font passer pour des architectes alors qu'ils n'en ont pas le titre.

Abordant le point selon lequel l'architecte peut saisir les autorités afin de démolir un immeuble qu'il juge dangereux, le vice-président du Cnoa, Koupo Gnoleba, s'est voulu clair : « Cela est du ressort du ministère de la Construction et du Logement ». Toutefois, ajoute-t-il, l'architecte peut attirer l'attention des autorités sur ce genre de bâtiments. Car, dit-il, « mieux vaut prévenir que guérir ». Le vice-président a expliqué que pour prévenir tout écroulement d'immeuble, l'Ordre des architectes met l'accent sur la communication et la sensibilisation des autorités et des citoyens à prendre attache avec un architecte avant de lancer un projet de construction de bâtiment ou d'immeuble. D'où l'organisation, chaque année, du Salon de l'architecture et du bâtiment.

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.