Cameroun: Réactions du Professeur Kouayep après la 2ème édition des Doctorals inter-universitaires

5 Décembre 2020
interview

La prestigieuse cérémonie des DOCTORIALS INTER-UNIVERSITAIRES, qui s'est déroulée du 30 novembre au 01 décembre 2020, dans la salle des Actes de l'institut français de Yaoundé, sous le thème " innovations et transformations organisationnelles en contexte de crise" a connu un succès magistral.

Au terme de cette compétition, riche en son et couleur, organisée par la coopération française en vue de primer par une bourse de mobilité le meilleur projet de thèse de doctorat. Au terme de cette édition qui a regroupé 21 participants venus de 8 universités camerounaise, , président du comité Professeur Bertin Léopold KOUAYEPd'organisation de cet événement et par ailleurs membre du jury a favorablement répondu à l'interview de CAMER.BE.

A la clôture de cette deuxième édition des DOCTORIALS INTER-UNIVERSITAIRES quelles sont les émotions que vous dégagez ?

Globalement, c'est un sentiment de satisfaction et de travail accompli qui m'anime présentement, après plusieurs mois de préparation de cet événement majeur. Ces deux jours nous avons écouté les jeunes avec beaucoup d'intérêt. Cela à été possible grâce à la mobilisation des enseignants chercheurs du Cameroun et de l'étranger qui ont constitué le comité scientifique. Avec beaucoup d'attention, nous avions pu decripté les projets de thèse avec une bonne dose d'observation et au final nous avions eu les trois meilleurs.

Dans le sillage de la recherche universitaire au Cameroun, quelles sont les projets en perspective en dehors des DOCTORIALS INTER-UNIVERSITAIRES ?

Lors de la première journée, vous aviez écouté le discours d'ouverture du directeur de la coopération d'action culturel qui représentait l'ambassadeur de France. Il nous a sans doute rassuré qu'une troisième édition de ces DOCTORIALS INTER-UNIVERSITAIRES aura lieu l'année prochaine d'où la confirmation qu'il aura une pérennisation de cette initiative qui prône l'excellence de la recherche scientifique. Nous sommes sur d'autres challenges pour le futur. Nous réfléchissons dans la perspective de matérialiser un regroupement au niveau de la sous région. Une sorte d'incubateur en science humaine et en science sociale qui engloberaient les sciences de gestion. Et ceci permettra de comprendre que 2021 qui pointe à l'horizon sera sans doute une année de challenge.

Professeur Bertin Léopold Kouayep,outre votre casquette de président du comité d'organisation de ces DOCTORIALS, vous étiez par ailleurs membre du jury de délibération. Quelles ont été les critères de sélection de la lauréate de cette 2ème édition ?

Nous avions en collaboration avec d'autres professeurs chercheurs qui fesaient partis du comité scientifique et du jury de délibération, cadré notre choix sur la doctorante NGOUNGOURE NGOULOURE sorelle Gertrude, en raison de la pertinence, l'objectivité de son thème de recherche. Plus encore de la cohérence même que ce sujet là a en rapport avec le contextge de Crise qui prévaut actuellement au Cameroun et dans la sous-région. Aussi, son travail dégage une originalité exceptionnelle. À la lumière des passages des candidats, nous avions également constaté que, outre les aspects déjà évoqué, elle a bien plus, brillé par une présentation magistrale de son projet de thèse d'où mes félicitations à son endroit. Cette compétition était très particulière en raison du vent de crise qui souffle sur le Cameroun.

Quel est le message que vous passez à d'autres doctorants chercheurs ayant participé à cette grande messe de la recherche scientifique ?

Je vais d'entrée de jeu dire à tout les autres participants d'aller de l'avant car leurs projets de thèse regorgent aussi des richesses didactiques intarissables. Nous savons pertinemment que seul la recherche perpétuelle permet aux chercheurs de se perfectionner véritablement dans leurs domaines de prédilection. De ce fait, nous demandons aux jeunes de travailler. Nous ouvrirons toujours nécessairement les pistes pour permettre aux jeunes doctorants chercheurs d'avancer avec la recherche.

Vous aviez sans doute réalisé que en dehors l'aspect compétitif, cette deuxième édition des DOCTORIALS INTER-UNIVERSITAIRES était aussi un prétexte pour permettre aux chercheurs d'avoir des acquis intellectuels, leurs permettant de mieux avancer avec les travaux notamment avec cet enseignement que le professeur Joël Sotametou Qui entrait en droite ligne avec les recherches documentaires sur internet. Les possibilités que les jeunes chercheurs ont aujourd'hui avec les nouvelles technologies de l'information et de la communication leurs permettent d'entrer dans les informations de recherche documentaire. Du Cameroun aux États-Unis passant par la France. Étant au pays, il est désormais facile de mener à bien ces recherches sans avoir besoin de ce déplacer.

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.