Sénégal: Droit du travail - Une étude indexe les pratiques déloyales des multinationales

5 Décembre 2020

Des syndicalistes interrogés dans le cadre de l'étude sur la contribution des entreprises nationales et multinationales pour des emplois décents et productifs au Sénégal dénoncent les manquements aux droits syndicaux dans ces entreprises étrangères.

L'étude sur la contribution des entreprises nationales et multinationales pour des emplois décents et productifs au Sénégal évalue le nombre de salariés sénégalais à environ 91% du personnel. Toutefois, tout n'est pas rose au sein de ces grandes entreprises étrangères. Les relations professionnelles sont parfois tendues. Un syndicaliste qui s'est confié aux auteurs de l'étude rendue publique, avant-hier, a déclaré que «certains secteurs économiques étaient davantage exposés aux pratiques déloyales en matière de liberté syndicales et de droit d'organisation ».

Les secteurs les plus incriminés par le syndicaliste sont les bâtiments et travaux publics et les mines. Pour intimider les travailleurs, indique-t-il, ces entreprises menacent de mettre un terme à leur contrat. D'autres font recours à la corruption pour étouffer toute tentative de mettre en place un syndicat. Un autre représentant de syndicats d'ajouter que le manquement aux droits syndicaux a été plus noté au Sénégal avec l'arrivée d'entreprises multinationales étrangères en provenance d'Asie centrale. Dans beaucoup de ces sociétés, dit-il, les droits des travailleurs sont bafoués.

Précarisation de l'emploi

Pour maintenir les travailleurs dans la précarité, expliquent des syndicalistes, les entreprises multinationales font recours aux contrats à courte durée, à l'externalisation, à la précarité. Parfois, elles procèdent à des licenciements abusifs. «On s'interroge sur les nouvelles réformes du droit du travail qui va instaurer la flexibilité et les contrats précaires. Nous sommes conscients que nous sommes dans la mondialisation mais il ne faut pas importer des logiques économiques qui peuvent casser le lien social local», implore un syndicaliste. «Peu d'entreprises multinationales disposent de syndicats de travailleurs », ajoute-t-il.

Si certaines entreprises multinationales font recours aux intérimaires, d'autres préfèrent prendre des stagiaires qu'elles libèrent à la fin du stage pour prendre d'autres. «Il y a tellement de chômage et de jeunes sur le marché ; du coup ils acceptent les conditions précaires. Nous sommes très inquiets car les entreprises ne souhaitent pas parler avec nous et nous avons peur pour notre carrière », dénonce un représentant de travailleurs. D'après l'étude, il est plus que nécessaire de protéger les droits des travailleurs. Les syndicalistes saluent le travail fait dans ce sens par le Haut conseil du dialogue social (Hcds) depuis sa création.

A La Une: Sénégal

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.