Congo-Brazzaville: Ecoles conventionnées catholiques - Le secrétariat général de l'EPST dénonce la perception des « frais de motivation »

Insistant sur l'annulation définitive et totale de la prise en charge des enseignants par les parents, le secrétariat général de l'EPST appelle à la suspension et à l'ouverture des dossiers disciplinaires à charge de tous les chefs d'établissement ayant fait des arrangements avec les comités des parents d'élèves.

Dans une correspondance adressée, le 2 décembre, à l'abbé coordinateur national des écoles conventionnées catholiques, le secrétaire général de l'Enseignement primaire, secondaire et technique (EPST), Jean-Marie Mangobe Bomungo, dénonce la continuité de la prise en charge des enseignants par les parents. « Il me revient de constater sur la base des rapports des différents services provinciaux de l'EPST et des dénonciations faites par des parents d'élèves à travers les médias que les chefs d'établissements exigent aux élèves le paiement des frais de motivation dans les écoles conventionnées catholiques dans différentes villes du pays », fait-t-il savoir.

Et de rappeler que cette pratique est une violation intentionnelle de la circulaire du ministre chargé de ce secteur relative aux directives sur les frais de scolarité 2020-2021 et des arrêtés des gouverneurs de province portant fixation des frais scolaires pour l'année en cours. Il promet, en plus, des sanctions sévères, allant jusqu'à la révocation des récalcitrants ainsi que d'autres dispositions qui s'imposent, le retrait de l'agrément et la suspension de la Convention de gestion, « en cas de persistance de cette pratique illégale » dans ces établissements scolaires.

Consolidation et pérennisation de la gratuité

Le secrétaire général de l'EPST rappelle à l'abbé coordinateur des écoles catholiques que l'année scolaire 2020-2021 a été placée sous le signe de la consolidation et pérennisation de la gratuité. De ce fait, insiste-t-il, « les frais de motivation ont été totalement et définitivement supprimés sur toute l'étendue de la République démocratique du Congo et ne peuvent être perçus dans les écoles pour quelque motif que ce soit ».

Jean-Marie Mangobe Bomungo enjoint l'abbé coordinateur des écoles conventionnées catholiques d'instruire ses collaborateurs provinciaux, notamment les coordinateurs provinciaux et diocésains, sur le respect des mesures prises pour la gratuité. Le secrétaire général de l'EPST dit également attendre de ces responsables d'écoles catholiques de procéder, toutes affaires cessantes, à la suspension et à l'ouverture des dossiers disciplinaires à charge de tous les chefs d'établissement ayant fait des arrangements avec les comités des parents d'élèves pour la perception des frais de motivation.

L'épée de Damoclès sur la tête des récalcitrants

Le secrétaire général de l'EPST rappelle que l'Etat reste le pouvoir organisateur de l'enseignement dans le pays. A l'en croire, en cas de persistance de cette pratique illégale dans les écoles conventionnées catholiques, des sanctions sévères allant jusqu'à la révocation seront appliquées à l'encontre des chefs d'établissements récalcitrants. Et de noter que l'Etat serait également en droit de prendre des dispositions qui s'imposent allant jusqu'au retrait de l'agrément et à la suspension de la Convention de gestion.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.