Cameroun: Lutte contre le VIH/SIDA - Les bonus de la recherche

De nombreuses études menées autour du traitement, de la prise en charge, du vaccin, etc. ont permis aux chercheurs, camerounais y compris, de réaliser des avancées satisfaisantes.

Dans la quête de chiffres toujours décroissants dans la lutte contre le VIH/sida au Cameroun, la recherche se révèle une alliée de poids. En 30 ans, elle a permis de faire chuter les pourcentages, en s'impliquant dans des aspects comme la prise en charge, le traitement aux antirétroviraux, l'espoir d'un vaccin, le dépistage précoce, la prévention dans la transmission de la mère séropositive à l'enfant ou d'autres formes de transmission.

Les statistiques les plus récentes obtenues en 2019 sur le plan national, faisant état d'un taux de séroprévalence de 2,7% sont encourageantes dans l'ensemble. Celles-ci révèlent que, grâce à des études menées autour de protocoles de plus en plus efficaces, 22% de personnes sous traitement antirétroviral ont vu leur charge virale réduite de 78%.

L'avenir est envisagé avec optimisme à l'observation des courbes relatives aux nouvelles infections dues au VIH, et aux décès enregistrés au Cameroun. Toutes sont descendantes d'après les rapports de l'Onusida. De 1990 à 2019, le nombre de personnes vivant avec le VIH et recevant un traitement aux ARV est allé en augmentant, signe des efforts constants livrés par l'Etat à travers le ministère de la Santé publique et ses partenaires, au rang desquels, Onusida, Synergies africaines contre le sida et les souffrances, ou encore le Centre international de référence Chantal Biya pour la recherche sur la prévention et la prise en charge du VIH/sida (CIRCB).

Ce dernier se démarque d'ailleurs pour ses initiatives engagées dans la recherche de traitement, question de faire reculer toujours un peu plus les données négatives. Les efforts communs fournis avec des chercheurs internationaux sur l'adhérence au traitement, mais aussi des thérapies effectuées en fonction des malades, ont aidé à mieux envisager les cas d'échec thérapeutique et de résistance du virus aux ARV.

La survenue de la Covid-19 a cependant poussé les chercheurs à poursuivre d'autres pistes, particulièrement sur la corrélation entre les deux pandémies. Le Coronavirus a eu un certain impact sur la riposte contre le VIH/sida. « Cette année, près de 1,250 million de personnes ont été testées dont : 329 218 femmes enceintes. 37 400 personnes vivant avec le VIH/sida ont été nouvellement identifiées et 3 061 personnes mises sous traitement (antirétroviraux) », avait rappelé le ministre de la Santé publique, Manaouda Malachie, au cours de sa communication faite le 1er décembre dernier. Tout élément qui démontre que le combat livré par la recherche sur le plan national comme international, reste intensif.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.