Afrique centrale - Les efforts de la CEA sur les corridors de développement salués

9 Décembre 2020

Yaoundé — Transformer les corridors de transport de l'Afrique centrale en corridors de développement globaux est déterminant pour passer à la prochaine étape de développement et d'intégration de la région, notamment à l'aube du libre-échange en Afrique, même si cette proposition s'avère plus complexe et nécessite un engagement continu avec les États et les parties non-étatiques.

C'est l'essentiel des conclusions de la réunion d'un groupe d'experts convoquée le 8 décembre 2020 par le Bureau sous-régional pour l'Afrique centrale de la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique (CEA) sur la reconfiguration des routes interconnectées de la sous-région afin qu'elles engendrent des liaisons, le développement de clusters, une activité industrielle et productive à valeur ajoutée induite par le commerce, loin de la formule actuelle d'enclave qui consiste à «creuser-transporter-expédier à l'étranger», héritée du passé colonial.

Les experts de la CEA ont profité de l'occasion pour expliquer aux planificateurs gouvernementaux ainsi qu'aux représentants des communautés économiques régionales, des organisations intergouvernementales et d'autres institutions de développement comment, en s'appuyant sur le plan directeur consensuel de transport pour l'Afrique centrale (PDCT-AC), une nouvelle approche intégrée d'investissement et de planification spatiale basée sur une cartographie complète des atouts biophysiques et socio-économiques de l'Afrique centrale libérerait le plein potentiel de développement de la sous-région, avec les routes transnationales comme vecteurs de prospérité.

Le PDCT-AC a été formulé avec l'appui technique de la Commission et approuvé par les chefs d'État et de gouvernement de l'Afrique centrale en 2004, en tant que cadre principal guidant les initiatives de développement routier et autres infrastructures dans la sous-région.

Dans un premier exposé, M. Lot Tcheeko, responsable de la gestion des connaissances au Bureau de l'Afrique centrale de la CEA, a présenté l'historique du PDCT-AC et partagé des informations sur les principaux indicateurs de performance le long des principaux corridorsde transport d'Afrique centrale.

Il a fait comprendre que le développement des infrastructures existantes repose toujours sur la liaison des capitales et la facilitation de l'accès à la mer aux pays sans littoral de la sous-région. Il a soutenu que l'effort du Bureau de l'Afrique centrale de la CEA pour collecter et analyser des données socio-économiques et biophysiques géoréférencées le long des corridors de transport permettrait leur transformation en corridors de développement, améliorant ainsi l'accès aux services de base pour les populations vivant le long et à proximité de ces itinéraires, tout en augmentant et renforçant les échanges économiques inter-étatiques, pour ne citer que quelques avantages.

Sur ce point, il a évoqué le Corridor de développement de Maputo en Afrique australe, qui, selon lui, est un exemple classique de ce que devrait être un corridor de développement. En effet, reliant le principal port et la capitale du Mozambique, Maputo, aux provinces de Gauteng, Limpopo et Mpumalanga en Afrique du Sud, le Corridor de Maputo est la destination de l'agro-industrie, de la valorisation minière, du raffinage du pétrole, de la fabrication de savon, de la fonderie d'aluminium et du transport d'électricité dans une production et une consommation intégrées, un pôle commerce et développement. Il s'agit donc d'une trajectoire de production et d'activité économique à forte valeur ajoutée qui apporte la prospérité aux populations qui l'entourent.

Pour appuyer cette idée, Antonio Pedro, chef du Bureau de la CEA pour l'Afrique centrale a déclaré que «Le rassemblement de données socio-économiques et biophysiques géoréférencées le long des corridors de développement en Afrique centrale aidera nos gouvernements centraux et locaux à mieux comprendre l'emplacement, l'ampleur et les relations dynamiques de leur base de ressources».

«Cette compréhension, qui permettra de clarifier l'impact cumulatif positif ou négatif des éléments de leur base de ressources sur les options de développement, est un élément clé pour améliorer la planification du développement, hiérarchiser les investissements et gérer les compromis entre les options concurrentes d'utilisation des terres», a-t-il précisé.

Il a en outre dit que l'utilisation de l'approche et des outils de planification spatiale proposés par la CEA serait fondamentale pour soutenir l'exécution des plans de développement nationaux et locaux ainsi que pour gérer avec succès le programme de décentralisation en cours en Afrique centrale.

Il a expliqué que les outils géospatiaux sur les corridors de développement, en cours d'élaboration par la CEA, fourniront des informations granulaires pour mieux relier les points, comme la superposition sophistiquée de données telles que l'irradiation solaire, les terres arables, les données agro-écologiques, le niveau d'éducation, pour ne citer que quelques-uns, afin d'aider les gouvernements d'Afrique centrale à prendre des décisions cruciales quant à l'emplacement des zones économiques spéciales et à identifier et ordonnancer les investissements à privilégier.

«Tout cela vise à maximiser l'impact sur le développement et à réaliser des économies d'agglomération, ce qui est un processus décisionnel vital dans le contexte de la réduction de l'espace budgétaire actuel», a déclaré Antonio Pedro, ajoutant que cette approche renforcerait davantage la bancabilité des projets de développement de la région le long des corridors.

Cette nouvelle approche et ces nouveaux outils devraient fournir aux planificateurs du développement des informations précises qui peuvent faire toute la différence dans l'optimisation de la productivité de certains pôles géographiquement liés. En guise d'exemple, où la CEA a déjà avancé ses travaux d'analyse, c'est la route Douala-Édéa-Kribi sur les côtes sud-ouest du Cameroun. L'analyse montre sans équivoque que le Cameroun gagnerait énormément à canaliser ces agglomérations dans un triangle de croissance économique dynamique.

M. Tidjani Chetima, expert en développement spatial de la section Urbanisation de la CEA à Addis-Abeba, a souligné la nécessité d'accorder une attention particulière aux centres urbains le long des corridors, compte tenu de leurs caractéristiques en tant que pôles d'agglomération économique avec une forte demande et une forte demande stimulant le commerce, la concentration de la main-d'œuvre qualifiée, des infrastructures relativement bonnes et d'autres intrants clés pour le gain de productivité, la valeur ajoutée et l'émergence de chaînes de valeur, faisant des établissements urbains de bons candidats pour ancrer les corridorsde développement.

Il a préconisé une meilleure liaison entre les zones urbaines, suburbaines et rurales, dans le cadre d'un écosystème parfaitement lié. Il a en outre recommandé que les politiques industrielles, commerciales, d'aménagement du territoire, d'urbanisation et autres politiques sectorielles soient intégrées dans la conception des corridors de développement. Il a relevé que les corridors devraient être choisis en tenant compte de leur potentiel de croissance économique.

Nombre de participants invités à la discussion se sont dits satisfaits du changement de paradigme proposé, de simples corridors de transport à de corridors de développement en Afrique centrale, et ont formulé des recommandations pour faire avancer le processus.

M. Solomane Kone de la Banque africaine de développement (BAD) a salué la nouvelle approche proposée par la CEA, arguant que cela représenterait un changement radical sur la manière de lier le développement des infrastructures aux impératifs de l'industrialisation, de l'intégration du marché, de l'approfondissement des chaînes de valeur régionales ainsi que de décentralisation politique. Il a invité l'équipe de base travaillant sur les nouveaux outils à s'investir davantage dans l'explication de la manière dont la reconfiguration des corridorsen Afrique centrale serait mise en œuvre, y compris les mesures d'accompagnement.

M. Jean de Dieu Mouangoli Amenghas, directeur technique au Conseil des chargeurs congolais, a déclaré qu'il y avait déjà des poches de valeur ajoutée le long de certains corridors tels que les usines de développement de ciment et de minéraux le long de la trajectoire Pointe Noire-Brazzaville, mais que la délabrement des infrastructures de transport étouffait ces développements. Selon lui, ces questions doivent être mises en lumière dans la nouvelle proposition relative aux corridorsde la sous-région.

M. Jean Paterne Megne Ekoga, directeur des opérations à la Banque de développement de l'Afrique centrale (BDEAC) a fait comprendre que toutes les politiques de construction routière ne doivent être mises en œuvre que lorsqu'elles sont placées côte à côte avec des politiques industrielles. Il a également préconisé de mettre en évidence la nécessité d'inverser la méga tendance d'urbanisation de la sous-région pour libérer un espace de développement et d'innovation dans les zones rurales le long de certains des corridors.

Dans le même ordre d'idées, M. Zachary Roger Mbarga, chercheur, a appelé à l'intégration de l'ouverture des bassins de production ruraux en tant que facilitateurs des corridors de développement.

De même, M. Mahamat Nour Bakary, ingénieur des travaux publics travaillant pour la Commission de la CEEAC, tout en saluant la nouvelle approche, a rappelé que le PDCT-AC demeure le cadre principal du développement des transports dans la sous-région et a appelé à un approfondissement des discussions sur la reconfiguration des corridors de développement avec les dirigeants des organes sous-régionaux et des représentants gouvernementaux de haut niveau.

«Nous nous félicitons d'ores et déjà de ce que les arguments en faveur de la reconfiguration des corridors de transport en Afrique centrale ont été présentés et que la valeur ajoutée des outils SIG, qui vont avec, a été démontrée», a déclaré M. Antonio Pedro de la CEA, tout en indiquant que le l'étude sur la reconfiguration des corridors en Afrique centrale sera finalisée au cours du premier trimestre 2021, en tenant compte des contributions reçues lors de la consultation du 8 décembre.

Il a conclu que l'étude constituera une contribution essentielle à la formulation du Plan directeur de développement industriel régional et de diversification économique de l'Afrique centrale (PDIDE-AC) ainsi qu'à l'examen du PDCT-AC.

Contact média

Abel Akara Ticha - Chargé de communication

Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique

637, rue 3.069, Quartier du Lac, Yaoundé, Cameroun

Tél: +237 222 50 43 48

Courriel : akara@un.org

Tagged:

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.