Gambie: Les avocats du Mouvement de protestation '3 Years JOTNA' réclament un non-lieu

11 Décembre 2020

Les avocats du mouvement de protestation '3 Years Jotna' ont demandé à la Cour de Haute Instance ce mercredi 9 Décembre l'acquittement et la libération immédiate de leurs clients en raison de l'incapacité du Procureur à prouver leur culpabilité.

La conclusion de cette affaire fait suite à l'absence du Parquet au tribunal. Le juge B.A. Bakre a donc décidé de mettre fin à cette affaire.

Les accusés ont participé à une manifestation pacifique le 26 Janvier 2020 pour réclamer la démission du Président Adama Barrow conformément à sa promesse électorale de ne servir que 3 ans en tant que Président.

Cependant, la manifestation est devenue violente. Les accusés par conséquent ont été arrêtés.

Ils sont accusés d'actes de violence, de rassemblement illégal, d'avoir perpétré des actes de violence et des émeutes, et ce, suite à une proclamation contraire aux lois du pays.

Les accusés sont: Fanta Mballow, Ebrima KitimJarju, Sheriffo Janko, HagiSuwaneh, Abdou Njie (President du mouvement 3 Years Jotna), Katim Touray, Yankuba (alias Yanks) Darboe, Muctar Ceesay and Bakary Camara.

Lamin S. Camara est l'avocat représentant les accusés.

Le Bureau du Procureur General a informé le tribunal par courrier de leur absence ainsi que des raisons de leur absence. L'auteur de la lettre a écrit à la Cour pour l'informer que les avocats de l'Etat sont préoccupés par d'autres affaires et ne pourraient donc pas être présents due au manque de personnel. L'auteur a sollicité un report de l'affaire.

Le Parquet a fait appel à deux témoins. Le premier témoin a déjà fait son témoignage tandis que le deuxième témoin était censé continuer son témoignage.

Le juge de première instance a déclaré que le Parquet ne sera pas autorisé à retarder la prise en charge du dossier et a invité la défense à présenter ses observations concernant la lettre du Parquet.

L'avocat de la défense Lamin Camara a déclaré que le Parquet n'a donné aucun signe d'intérêt pour ce qui concerne ce dossier. Il a donc exhorté la Cour à clore ce dossier.

Le juge a clos le dossier de l'accusation et a demandé à la défense de procéder à l'ouverture de leur dossier.

L'avocat de la défense a réclamé un non-lieu, ajoutant que le Parquet n'a pas réussi à prouver un cas de 'prima facie' contre les personnes accusées conformément à l'Article 144 de la Loi Sur Les Preuves.

Il a insisté que le Parquet n'a pas établi un cas de 'prima facie' contre les personnes accusées des trois chefs d'accusation, déclarant que l'autorisation en question n'avait pas été présentée devant la Cour.

L'avocat principal a souligné que l'Inspecteur General de la Police a donné aux accusés l'autorisation de manifester.

L'avocat de la défense, Maître Camara, s'est fondé sur l'Article 208 du Code de Procédure Criminelle pour soumettre sa présentation.

" Un cas de prima facie n'a pas été prouvé par le Parquet. Je conseille à la Cour d'acquitter et de libérer les personnes accusées " a déclaré Camara.

L'affaire a été ajournée au 13 Janvier 2021 à 9h 30 pour une éventuelle réponse du Parquet.

Plus de: The Point

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.