Cote d'Ivoire: Production industrielle/Programme de restructuration et de mise à niveau - Les consultants nationaux formés

14 Décembre 2020

L'Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) a opté, dès sa création en 1994, pour une politique industrielle commune, dont une des composantes phares est le Programme de restructuration et de mise à niveau (Prmn) de l'industrie des États membres adopté en 2006.

Ce programme avait pour objectif de contribuer à la croissance économique et à la réduction de la pauvreté à travers la relance de la production industrielle, la promotion de l'investissement, l'emploi et l'émergence d'industries performantes et solides dans les huit pays de l'union.

La phase pilote du Prmn, mise en œuvre de 2007 à 2013 avec l'appui technique de l'Organisation des Nations unies pour le développement industriel (Onudi), n'a malheureusement pas été suivie par un déploiement du programme en raison de la nouvelle orientation stratégique des activités de la Commission de l'Uemoa. Les structures nationales sont néanmoins appelées à assurer la relève pour pérenniser les acquis.

C'est dans cette optique que l'Agence pour le développement et la compétitivité des industries de Côte d'Ivoire (Adci) a organisé, du 8 au 11 décembre, avec l'appui de la Commission de l'Uemoa, un atelier de formation des cadres nationaux des bureaux de restructuration et de mise à niveau (Brmn) à l'hôtel Tiama au Plateau.

L'enjeu de cette rencontre, au dire de Gustave Diasso, représentant résident de la Commission de l'Uemoa à Abidjan, est de renforcer les capacités des premiers responsables des Brmn et des consultants pour la mise à niveau groupée et spécifique des Petites et moyennes entreprises (Pme) et des Très petites entreprises (Tpe).

Le président du Conseil d'administration de l'Adci, Joseph Désiré Biley, a fait savoir que ce séminaire marque le début d'un nouveau cycle de collaboration entre l'Agence pour le développement et la compétitivité des industries de Côte d'Ivoire et les experts et consultants nationaux.

« Nous devons encadrer et accompagner nos entreprises industrielles rigoureusement et professionnellement en les aidant à atteindre un haut niveau de compétitivité afin de prétendre acquérir des parts de marché substantielles dans le grand marché africain de 1,3 milliard d'habitants qui se met en place avec la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf) », a-t-il préconisé.

Tidiane Boye, représentant de l'Onudi pour la Côte d'Ivoire et le Togo, et Mohamed Diabaté, directeur général de l'Adci, ont, tour à tour, insisté sur la nécessité de la relance des industries dans la zone Uemoa, en dépit de la crise sanitaire mondiale de la Covid-19.

Tidiane Boye a marqué l'engagement de l'Onudi à travailler avec l'Adci et les organisations du genre des autres pays de l'Uemoa pour la mise à niveau continuelle et actualisée des initiatives de relance industrielle.

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.