Cameroun: Délestages dans l'Adamaoua - Retour à la normale en janvier

L'assurance a été donnée hier lors de la visite du ministre de l'Eau et de l'Energie à Ngaoundéré.

Depuis quelques semaines, la ville de Ngaoundéré vit au rythme des coupures d'électricité. Ces coupures de courant sont dues d'une part à la mauvaise hydrologie au cours de cette année 2020 dans le bassin hydrologique de la Benoué qui abrite le barrage de Lagdo et d'autre part, à la vétusté des équipements dudit barrage qui alimente cette partie du pays en énergie électrique. Pour pallier à ce problème qui est un frein à l'activité économique, une partie de la centrale thermique d'Ahala située dans la ville de Yaoundé, région du Centre, a été démantelée il y a quelques jours, pour apporter 23 mégawatts d'énergie en renfort aux trois régions septentrionales.

C'est donc pour s'assurer que le matériel parti de Yaoundé est arrivé à bon port et surtout que les travaux de génie civil sur les sites devant abriter les conteneurs ont démarré, que Gaston Eloundou Essomba, le ministre de l'Eau et de l'Energie, a effectué une visite de travail dans la région de l'Adamaoua ce lundi 14 décembre 2020. « Les travaux de génie civil où les conteneurs contenant les groupes électrogènes seront entreposés sont en train d'être faits. Nous avons vu que les premiers groupes sont déjà là. Et nous avons fixé des contraintes très fortes pour que ces travaux s'accélèrent afin que dans les prochains jours, ces groupes soient mis en service et que les populations soient soulagées. Je les invite d'ailleurs à être un peu plus patientes. Ce n'est qu'une question de jours », a indiqué le Minee. Gaston Eloundou Essomba a avancé une date probable pour la fin des travaux, concernant la région de l'Adamaoua. « Probablement qu'au courant de la première semaine du mois de janvier 2021, la nouvelle centrale thermique de Ngaoundéré sera mise en service », a précisé le ministre. Mais il n'aura pas uniquement été question d'énergie électrique au cours de cette descente sur le terrain.

L'offre en eau potable, réduite dans le chef-lieu de la région Château d'eau, a également retenu l'attention du membre du gouvernement. En effet, le ministre s'est rendu à la station de production d'eau potable de la Vina afin d'avoir une idée des problèmes rencontrés par cette structure. Pour la seule ville de Ngaoundéré, le déficit de production d'eau potable est évalué à 4000 mètres cubes par jour. D'où des travaux engagés afin d'améliorer la capacité de production de cette station. « Les travaux de ce projet sont suffisamment avancés. Nous avons donné un certain nombre d'instructions pour que le transformateur déjà installé ici soit connecté et mis en service afin que même de manière provisoire, cette station soit rapidement mise en service afin d'augmenter de 1000 à 1500 mètres cubes d'eau supplémentaires le volume d'eau que reçoit la ville de Ngaoundéré », a conclu le ministre.

La visite de travail dans le Septentrion prévoit, pour ce mardi, une descente sur le barrage de Lagdo et la centrale thermique de Garoua, en attente de certains des 23 groupes électrogènes venus de Yaoundé.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.