Mali: Une médiation avec jihadistes et chasseurs dozos pour mettre un terme aux violences

Des passants en motocyclette se dirigent vers des «dozos» postés le long de la route entre Man et Duékoué dans l’ouest de la Côte d’Ivoire.

Depuis dix jours, une médiation est en cours dans le cercle de Niono, où se trouve le village de Farabougou, encerclé depuis début octobre par des combattants jihadistes. Les négociations ont lieu entre tous les acteurs, y compris des jihadistes.

Trois rencontres directes avec les jihadistes ont déjà été organisées, dans des zones reculées, en brousse. Les négociations sont menées par des représentants du Haut conseil islamique, comme l'avait recommandé le Forum gouvernemental de Niono il y a un mois. Ils interviennent essentiellement auprès de deux groupes : les jihadistes, qui se revendiquent comme tels sans préciser leur appartenance, et les chasseurs traditionnels dozos.

Les deux groupes prétendent protéger les populations, communauté peule ou villages bambaras, et les deux sont accusés de meurtres, d'enlèvements ou encore de vols. Depuis plus de deux mois, les habitants du cercle de Niono subissent des attaques lorsqu'ils partent cultiver leurs champs ou vendre leur bétail : c'est à ce cycle de violences que les négociations doivent mettre un terme.

Désarmement

Au cœur des négociations repose le désarmement et la levée des barrages des chasseurs dozos ainsi que le respect de la volonté de chacun dans l'application de la charia. Port du voile, paiement de la zakat, interdiction des fêtes de rue pour enfants... Les médiateurs tentent d'obtenir des jihadistes qu'ils n'imposent rien par la force et qu'ils lèvent enfin le blocus imposé depuis début octobre aux habitants du village de Farabougou.

« Les discussions sont bien avancées » et les habitants seront bientôt libres de se déplacer et de reprendre leurs activités, selon l'un des cadres de l'équipe de médiation. « Nous sommes dans la dernière phase », assure-t-il avec détermination et optimisme.

Cependant, les chasseurs traditionnels dozos doivent encore s'entendre entre eux, afin que l'ensemble des confréries soient impliquées dans le futur accord de cessation des hostilités. Une vaste réunion est prévue ce jeudi à Macina.

Des discussions ont également lieu dans les communes concernées, pour susciter l'adhésion de populations fatiguées par les promesses autant que par la situation.

Espoirs et doutes

Dans la zone, aucun mort n'est à déplorer depuis huit jours, mais la nourriture manque à nouveau dans le village assiégé de Farabougou, et les habitants du cercle de Niono sont toujours restreints dans leurs mouvements.

Aussi des notables et des élus des communes concernées, joints par RFI, continuent-ils d'exprimer leur désarroi et leurs doutes sur les négociations en cours. Ils déplorent notamment de ne pas être suffisamment associés au processus de médiation et doutent de la capacité d'acteurs venus de l'extérieur à obtenir un accord solide. Tous souhaitent évidemment retrouver au plus vite leur capacité à circuler librement et à s'adonner à leurs activités.

Plus généralement, c'est toutefois l'ensemble de la zone qui subit l'emprise des jihadistes. L'armée a renforcé sa présence sur place, quatre ministres ont fait le déplacement pour un Forum de réconciliation il y a un mois, tout cela sans résultat.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.