Nigeria: Rapt au pays - L'expansion de l'influence de Boko Haram

Boko Haram.
15 Décembre 2020

Boko Haram revendique l'enlèvement de plusieurs centaines d'adolescents à Kankara, dans le nord-ouest du pays. Une zone pourtant éloignée de son bastion.

Selon les autorités, ce sont 333 adolescents qui ont été kidnappés après l'attaque de leur pensionnat dans la nuit de vendredi à samedi (12.12). Mais certains médias nigérians parlent de plus de 500 élèves qui seraient entre les mains des ravisseurs.

Boko Harama revendiqué ce rapt à Kankara, une zone située à des centaines de kilomètres de son territoire. En effet Boko haram opère habituellement dans le nord-est du pays autour du lac Tchad.

Cette revendication, si elle était confirmée, marquerait un tournant important dans la propagation de l'influence du groupe djihadiste dans le nord du Nigeria.

De son côté, le gouverneur de l'Etat de Katsina a indiqué sur Twitter que "des discussions" sont en cours avec les kidnappeurs pour assurer leur sécurité et leur retour dans leur famille. Une méthode qui n'est pas non plus dans les habitudes de Boko haram.

Buhari sous le feu des critiques

Ce kidnapping attise à nouveau la colère de la société civile. Oby Ezekwesili, ancienne ministre et militante du mouvement Bring Back Our Girls de Chibok, estime que l'Etat nigérian est responsable de ce nouveau rapt.

"Le gouvernement n'était pas là pour protéger ces enfants, rien ne pouvait empêcher les assaillants de les enlever. Rien n'a été fait immédiatement pour que ce rapt ne soit pas un succès. C'est une preuve flagrante de la mauvaise gouvernance", insiste Oby Ezekwesili.

Cette revendication d'Abubakar Shekau met à mal le président Muhammadu Buhari qui est originaire de Katsina et y était d'ailleurs en visite au moment de l'enlèvement.

L'opposition demande l'ouverture d'une procédure de destitution du chef de l'Etat. Selon elle, cet enlèvement dans l'Etat d'origine de Muhammadu Buhari illustre sa faillite sécuritaire.

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.